Monde


L’accès à l’éducation progresse dans le monde, mais les inégalités persistent

4 novembre 2014 - En dix ans, les taux de scolarisation ont progressé dans le monde pour tous les niveaux d’éducation. Mais l’accès à l’école ne dit rien des conditions d’enseignement. De plus, les données globales cachent des écarts persistants entre régions du monde et au sein des pays eux-mêmes. Par Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités.


Le taux d’élèves scolarisés dans le monde est passé de 84 à 89 % en primaire et de 59 à 73 % au secondaire entre 2000 et 2012. L’accès à l’éducation progresse : sur cette période, le nombre d’enfants non scolarisés a quasiment été divisé par deux, de 99,7 millions à 57,8 millions, selon le rapport 2014 sur l’éducation pour tous de l’Unesco [1]. Mais les données cachent des écarts persistants entre pays. Les « objectifs du millénaire », fixés par les Nations Unies à Dakar en 2000 (voir encadré), qui visaient entre autres l’éducation primaire pour tous et une diminution de 50 % du nombre d’adultes analphabètes   en 2015, ne seront pas atteints.

L’accès à l’éducation de la petite enfance

Plus de la moitié des enfants dans le monde (54 %) bénéficient d’une éducation avant l’entrée en primaire [2] en 2012, contre 35 % en 2000. La situation s’améliore donc. Mais ce chiffre signifie aussi que la moitié des très jeunes enfants se trouvent exclus de l’école. En France, la scolarisation à deux ans fait débat. Dans les pays les plus pauvres de la planète, le problème est encore de pouvoir scolariser les enfants à cinq ans. Alors que le taux de scolarisation dans l’enseignement pré-primaire atteint 88 % dans les pays développés, il n’est que de 20 % en Afrique subsaharienne et de 25 % dans les Etats arabes.

La scolarisation dans l'enseignement pré-primaire dans le monde*
Unité : %
2000
2007
2012
Pays en développement294049
Pays développés758288
Afrique subsaharienne111620
Etats arabes161925
Asie centrale212833
Asie de l'Est et du Pacifique405268
Asie du Sud et de l'Ouest264555
Amérique latine et Caraïbes566574
Amérique du Nord et Europe occidentale768289
Europe centrale et orientale526574
Monde354554
*Il s'agit ici du taux brut de scolarisation. Le taux brut de scolarisation est calculé sur la base des enfants inscrits à un niveau d'enseignement donné, plus ou moins âgés que l'âge officiel du niveau.
Source : Unesco

L’enseignement primaire

En 2012, 57,8 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés en primaire dans le monde. L’immense majorité d’entre eux, 55 millions, vivent dans les pays en développement et en particulier en Afrique subsaharienne qui en compte près de 30 millions. 10 millions d’enfants sont aussi dans ce cas en Asie du Sud et de l’Ouest. Pourtant, la situation s’est nettement améliorée depuis 2000. Le nombre d’enfants non scolarisés dans le monde a été quasiment divisé par deux et le taux de scolarisation atteint près de 90 % dans les pays pauvres. En Afrique subsaharienne, zone la plus en retard dans ce domaine, le taux est passé de 60 à 78 %.

La scolarisation au primaire dans le monde
Nombre d'enfants non scolarisés en 2000 (en milliers)
Nombre d'enfants non scolarisés en 2012 (en milliers)
Taux net de scolarisation* en 2000 (en %)
Taux net de scolarisation* en 2012 (en %)
Pays en développement97 10854 8768288
Pays développés1 3782 3479796
Afrique subsaharienne41 00129 6396078
Etats arabes7 4014 4678088
Asie centrale3482949295
Asie de l'Est et du Pacifique11 0636 9239494
Asie du Sud et de l'Ouest33 8499 8137790
Amérique latine et Caraïbes3 6113 7629292
Amérique du Nord et Europe occidentale9752 0599795
Europe centrale et orientale1 4418269395
Monde99 69157 7878489
* Le taux net de scolarisation au primaire est calculé sur la base des enfants ayant l'âge officiel du primaire qui sont inscrits au primaire.
Source : Unesco

Deux tiers des adolescents sont inscrits dans le secondaire

En 2012, dans le monde, 73 % des adolescents sont inscrits dans le secondaire, contre 59 % en 2000. Là encore, d’importantes disparités existent entre les régions du monde : si 100 % des jeunes sont scolarisés au secondaire dans les pays développés, ce n’est le cas que de 41 % d’entre eux en Afrique subsaharienne. Ceci dit, ce taux n’atteignait que 26 % en 2000. Dans de nombreux pays en développement, la bataille pour élever le niveau d’instruction des jeunes se joue donc au niveau du secondaire. Il s’agit de passer des connaissances de base (lire et écrire) à des savoirs plus spécifiques.

La scolarisation au secondaire dans le monde
Nombre d'adolescents non scolarisés en 2000 (en milliers)
Nombre d'adolescents non scolarisés en 2012 (en milliers)
Taux brut de scolarisation* en 2000 (en %)
Taux brut de scolarisation* en 2012 (en %)
Pays en développement92 43860 7575269
Pays développés1 2831 13599100
Afrique subsaharienne21 20121 0982641
Etats arabes4 5672 8216274
Asie centrale538 450**4028698
Asie de l'Est et du Pacifique24 4907 4096184
Asie du Sud et de l'Ouest38 00926 4744564
Amérique latine et Caraïbes3 6372 8218288
Amérique du Nord et Europe occidentale1 03688799100
Europe centrale et orientale3 0528508993
Monde96 86762 8925973
* Le taux brut de scolarisation est calculé sur la base des enfants inscrits à un niveau d'enseignement donné, plus ou moins âgés que l'âge officiel du niveau. ** 2001
Source : Unesco

Une amélioration de l’accès à l’éducation mais la qualité de l’enseignement laisse à désirer

La scolarisation a beaucoup progressé ces dix dernières années mais la qualité de l’enseignement, comme par exemple le nombre d’élèves par enseignant (sixième objectif des Nations Unies en matière d’éducation), ne s’est pas toujours améliorée, même si on constate une légère baisse au niveau mondial. En Afrique subsaharienne, on compte en moyenne 42 élèves par enseignant au primaire en 2012 et 26 dans le secondaire [3], des chiffres qui n’ont pas diminué entre 2000 et 2012. Les données moyennes cachent de grandes disparités : bon nombre de pays pauvres ont bâti des écoles secondaires à la hâte où les élèves sont entassés à 40 ou 50 par classe et n’y reçoivent qu’un enseignement au rabais. Ailleurs dans le monde, on compte de un à sept élèves en moins dans le secondaire et au primaire sur la période. Bref : les statistiques de l’Unesco traduisent une amélioration. Rappelons que ces données sont des moyennes et sont peu fiables selon les régions du monde. Au bout du compte, la formation des jeunes ne progresse pas pour autant partout de la même manière.

Nombre d'élèves par enseignant
Nombre d'élèves par enseignant en primaire en 2000
Nombre d'élèves par enseignant en primaire en 2012
Nombre d'élèves par enseignant au secondaire en 2000
Nombre d'élèves par enseignant au secondaire en 2012
Pays en développement29262119
Pays développés15141312
Afrique subsaharienne43422626
Etats arabes22191615*
Asie centrale21161212
Asie de l'Est et du Pacifique24191816
Asie du Sud et de l'Ouest39353225
Amérique latine et Caraïbes25211916
Amérique du Nord et Europe occidentale15141313
Europe centrale et orientale18171211
Monde26241817
* Dernière année connue : 2009
Source : Unesco


Les objectifs du millénaire des Nations unies
En 2000, les Nations Unies réunies à Dakar ont fixé six grands objectifs à atteindre en 2015 pour favoriser l’égal accès à l’éducation de tous les habitants de la planète. Aucun d’eux ne sera atteint en 2015, comme le déplore l’Unesco dans son dernier rapport. Le premier objectif est le développement et l’amélioration sous tous leurs aspects de la protection et de l’éducation de la petite enfance, notamment celle des enfants les plus vulnérables et défavorisés. Le deuxième objectif vise l’enseignement primaire universel, c’est-à-dire que tous les enfants soient scolarisés à ce niveau. L’objectif trois, qui est d’ « assurer l’accès des enfants et des jeunes adultes à l’apprentissage des compétences nécessaires à la vie courante », passe notamment par la scolarisation dans le secondaire. Le quatrième objectif est d’augmenter le taux d’alphabétisme   de 50 % chez les adultes et notamment chez les femmes. L’élimination des disparités entre les sexes face à l’éducation avant 2005 et l’égalité de fait entre les femmes et les hommes vers 2015 constituent le cinquième objectif. L’amélioration de la qualité de l’enseignement constitue le sixième et dernier.


Un bilan à nuancer

Les progrès de l’accès à l’école dans le monde sont réels. Encore faut-il bien mesurer ce qui se cache derrière ces données moyennes. Tout d’abord, la population qui demeure en marge de l’école est loin d’être négligeable. Pour le seul enseignement primaire, elle représente l’équivalent de la population de la France. Les recensements sont loin d’être fiables dans un grand nombre de pays : la réalité est sans doute beaucoup moins favorable que ce que ces données en disent. Ensuite, les écarts entre pays sont immenses. La moyenne pour l’Afrique subsaharienne n’a pas beaucoup de sens. En Afrique du Sud par exemple, 100 % des adolescents sont scolarisés, contre 26 % au Tchad. Ils le sont aussi à l’intérieur de chaque nation : les jeunes ruraux sont bien moins souvent scolarisés que ceux des villes, les jeunes démunis que ceux issus de famille aisée, etc. « Si les chiffres moyens concernant les acquis scolaires donnent une idée globale de l’ampleur de la crise de l’apprentissage, ils cachent en outre de larges disparités au sein des pays. Différents facteurs, tels que la pauvreté, le genre, le lieu de résidence, la langue, l’origine ethnique et le handicap, font que certains enfants risquent de se voir moins encouragés par l’école à progresser dans leur apprentissage », affirme l’Unesco.

L’accès ne dit rien de la qualité de l’enseignement. Ceux qui en ont les moyens recourent le plus souvent au secteur éducatif privé, qui offre de meilleures conditions d’études. Dans les pays en développement, bon nombre d’enfants issus des familles les plus pauvres s’entassent dans des classes bondées et n’ont accès qu’à un enseignement au rabais, donné avec de très maigres moyens. C’est le résultat d’une pression démographique énorme liée à une fécondité qui demeure élevée, des inégalités massives de niveaux de vie  , mais aussi des choix en matière de dépenses publiques de ces pays pour qui l’école n’est pas toujours la première des priorités. Elle est pourtant l’une des clés du développement à long terme.

Quels pays progressent le plus ?

Certains pays s’en sortent mieux que d’autres et affichent des évolutions notables même si, nous le rappelons, ces données sont à interpréter avec précaution. Entre 2006 et 2011, trois pays ont fait reculer de plus de 85 % le nombre d’enfants non scolarisés : le Rwanda (- 93 %), le Vietnam (- 91 %) et le Laos (- 85 %). Le Rwanda, qui arrive en tête de ces pays aux meilleurs scores en termes de réduction de la population non scolarisée, a entrepris de développer l’accès au premier cycle du secondaire. Ce pays a notamment repoussé l’age de scolarisation d’entrée au secondaire de six à neuf ans, afin de consolider les connaissances de base acquises au niveau élémentaire. Le pays a aussi supprimé l’examen de fin d’études primaires qui pouvait représenter un obstacle dans la poursuite d’études pour ceux qui y échouaient. Les frais de scolarité dans le secondaire ont également été supprimés. Le Rwanda a aussi élevé la formation des enseignants : le pourcentage d’enseignants qualifiés est passé de 49 % du corps enseignant en 1999 à 98 % en 2011. Le pays a également encouragé l’enseignement dans ses régions isolées en accordant certains avantages aux enseignants y travaillant : une majoration de leur salaire de 5 % par mois et le droit d’emprunter jusqu’à cinq fois leurs économies. Toutefois, ces progrès ne doivent pas cacher un taux d’achèvement du premier cycle du secondaire qui, s’il a augmenté entre 2000 et 2010 de 9 à 15 %, reste très bas.

Les dix pays où la population non scolarisée a le plus diminué
Population non scolarisée en 2006 (en milliers)
Population non scolarisée en 2011 (en milliers)
Evolution 2006-2011 (en %)
Rwanda27320- 93
Vietnam43639- 91
Laos12319- 85
Congo23947- 81
Liban5812- 78
Inde6 1841 674- 73
Timor oriental6118- 71
Maroc419134- 68
Cambodge9131- 66
Ethiopie3 9471 703- 57

Source : Rapport 2014 sur l'éducation pour tous, Unesco

Lire aussi :

Près de 800 millions d’analphabètes dans le monde
La scolarisation des enfants dans le monde
Les filles moins scolarisées que les garçons dans le monde mais la situation progresse

Photo / Olivier EPRON via Wikimedia Commons

Notes

[1« Enseigner et apprendre : atteindre la qualité pour tous », rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous, Unesco, 2014.

[2Enseignement généralement dispensé par les écoles maternelles, les jardins d’enfants, les centres d’éducation de la petite enfance.

[3Attention il ne s’agit pas du nombre d’élèves par classe : un élève peut avoir plusieurs enseignants, un enseignant plusieurs classes. Il s’agit d’effectifs théoriques moyens qui ne prennent pas en compte les absences d’enseignants et d’élèves.

Date de rédaction le 4 novembre 2014

Dernière révision le 12 octobre 2015

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les inégalités dans les pays de l’OCDE : l’écart entre riches et pauvres se creuse

25 octobre 2016
Depuis les années 1980, les inégalités de revenu ont augmenté dans la plupart des pays de l’OCDE. L’analyse des principales causes par Michael Förster, Odile Rouhban et Céline Thévenot de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), extrait de la revue Après-demain.

« Que faire contre les inégalités ? » : des images et des actes

14 octobre 2016
Mettre en image les inégalités, c’est notre objectif avec la réalisation de deux visuels animés. A découvrir et à partager autour de vous.

Inégalités : pourquoi le modèle social français marche mal

26 avril 2016
Ecartelé entre le modèle libéral anglo-saxon et le modèle social-démocrate scandinave, le modèle social français fonctionne mal. Une situation qui mécontente tout le monde, mais n’est pas prête de changer. Le point de vue de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques.

Faut-il s’inquiéter des inégalités et de la pauvreté dans les pays riches ?

26 décembre 2014
Doit-on s’inquiéter de la pauvreté et des inégalités sociales dans un pays riche comme la France, quand on connaît la misère des conditions de vie des habitants des pays les plus pauvres du monde ? Une analyse de Cédric Rio et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.

« Il est urgent et possible de tendre vers un monde moins inégalitaire. » Entretien avec Marie Duru-Bellat, sociologue.

27 février 2014
Cinq millions d’enfants meurent de faim chaque année dans le monde. 48 ans d’espérance de vie en Sierra Leone, contre 84 au Japon. Comment penser l’injustice hors de nos frontières ? Entretien avec Marie Duru-Bellat, professeure de sociologie à Sciences Po-Paris, auteure de « Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale (...)

FERMER