Introuvables inégalités de salaires

16 janvier 2009 - Les inégalités de salaires sont partout, sauf dans les statistiques de l’Insee. Mais en creusant, on les retrouve. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Une hausse des inégalités de salaires ? Comment ça ? Les données publiées par l’Insee chaque année répètent que « les inégalités diminuent ». C’est encore le cas dans « Les salaires en France » document paru en décembre dernier. Nulle trace d’évolution des inégalités salariales [1]. Et même, les ouvriers sont à l’honneur avec « des évolutions plus favorables », car ils ont obtenu +0,5 % en moyenne annuelle sur la période 2001-2006, contre +0,2 % pour les autres catégories sociales.

Les données historiques plus longues diffusées par l’Institut statistique (voir graphique ci-dessous) font apparaître une nette diminution des inégalités salariales de la fin des années 1960 au milieu des années 1980. En gros, le rapport des salaires des 10 % les mieux payés rapporté à celui des 10 % les moins bien payés est passé de 1 à 4,2 à 1 à 3. Depuis plus de 20 ans, les modifications ont été très faibles.

D’où sortent alors les revenus mirifiques, équivalents à des centaines d’années de Smic et les classements à couper le souffle dont bruisse la presse ? [2]. Ce paradoxe mérite quelques explications.

Tout d’abord, l’Insee ne s’intéresse pas aux extrêmes. L’institut ne diffuse pas de données sur les très riches, et ce sont justement ces très riches qui s’en sont le mieux sortis au cours des dernières années. Le plus souvent, l’Insee s’arrête au seuil des 10 %, et c’est à partir de là que les hausses ont été les plus fortes. On le compare ce seuil avec celui des 10 % des moins bien payés : à ce niveau le salaire minimum évite une ouverture plus grande des écarts. Ensuite, on mesure les inégalités de façon relative (le rapport entre les salaires), alors que le commun des mortels pense aux écarts de niveaux de salaires. Une hausse de 1 % pour un Smicard représente 10 €. Mais une hausse équivalente pour celui qui en touche 10 000, c’est 1 000 €, l’équivalent de l’ensemble du revenu de notre Smicard. Si tous les revenus progressent de 1 %, les inégalités relatives sont stables, mais l’écart s’est creusé de 990 €.

A notre demande, l’Insee a fait tourner ses machines à calcul et sorti des chiffres sur les 1 % des salariés les mieux payés à temps complet, 160 000 personnes. Résultat, toujours pas de hausse des inégalités. Sur la période 1998-2006, le 1 % le plus riche a été augmenté de 6 % (après inflation), les 10 % les plus pauvres de 6,2 %. Le rapport entre le 1 % le plus riche et les 10 % les plus pauvres n’a pas varié, toujours de 1 à 7.

Mais alors, d’où vient le problème ? Pour le comprendre, il faut aller chercher les hausses encore plus haut dans la hiérarchie salariale. En fouillant bien dans les données de l’Insee, on trouve quelques indices. Selon l’institut, le pouvoir d’achat des salaires des dirigeants de société anonyme a gagné 55 % sur la période 1998-2006, 10 fois plus que la plupart de leurs salariés, le salaire net moyen ayant augmenté d’un peu plus de 5 % après inflation. Disons les choses encore plus clairement : ils ont gagné 2 000 € de plus par mois, le salarié moyen une centaine d’euros. Ceci sans compter d’autres avantages éventuels en nature.

Un chercheur de l’école d’Economie de Paris, Camille Landais, a essayé d’en savoir un peu plus sur ce qui se passe chez les salariés situés tout en haut de l’échelle, à la suite des travaux réalisés par l’économiste Thomas Piketty, en utilisant des déclarations d’impôt sur le revenu. Il est vite tombé sur les données qui décrivent mieux la réalité. Les 0,01 % des plus hauts salaires ont augmenté de 69 % entre 1998 et 2006. Soit un bonus de 34 000 € l’an, ou + 2 835 € tous les mois ! A ce niveau, le bulletin de paie affiche 83 000 € mensuels… C’est là que tout se joue, et ce phénomène est totalement masqué dans les données officielles. De l’autre côté, en moyenne, les salaires des 90 % les moins bien payés ont cru de 0,9 %, soit 11 € de plus par mois... La hausse des inégalités de salaires devient beaucoup plus claire.

Cette évolution constitue un retournement historique qui, en France, se déroule à partir du milieu des années 1990. C’est alors que se retourne la courbe des inégalités de revenus, et de salaires en particulier. Se plaçant dans une perspective plus longue, le chercheur montre qu’à partir de 1997 la part des 1 % des salaires les plus élevés, qui était relativement stable depuis 1977, commence à s’élever pour passer de 5,8 à 6,6 % en 2005. Cette évolution au sein du monde de l’entreprise est en décalage à peu près total avec les discours publics de l’époque. 1995, voit l’élection de Jacques Chirac sur le thème de la « fracture sociale » et la gauche arrive au pouvoir en 1997. Mais l’action publique va appuyer le phénomène à partir de 2000 en mettant en place progressivement des diminutions d’impôts de plus en plus importantes pour les foyers les plus riches.

La crise actuelle va-t-elle remettre les pendules à l’heure ? Côté plus-values boursières, l’année 2008 ne s’annonce pas comme un grand cru... Côté salaires, l’affaire est plus compliquée. La part variable, importante dans certaines entreprises des secteurs financiers, va plonger, réduisant les revenus des mieux rémunérés. « Mais globalement, la répercussion ne sera pas forcément aussi importante que cela pour les hauts salaires, notamment dans les autres secteurs. A terme, la question est plutôt de savoir si, comme à la suite de la crise de 1929, de nouvelles formes de régulation, de nouvelles normes salariales se mettront en place permettant de limiter les excès », explique Camille Landais aujourd’hui chercheur à l’Université de Californie-Berkeley. En bas de l’échelle, le salaire minimum va jouer un rôle essentiel pour éviter des évolutions dramatiques. Mais la hausse du chômage va se répercuter de façon rapide sur les revenus des plus démunis. « Les budgets publics sont sous pression, mais les citoyens, constatant que l’on trouve des fonds pour renflouer les banques, s’attendront sans doute à ce que les gouvernements financent également les couvertures chômage et les aides à l’emploi. », remarque l’économiste britannique Tony Atkinson [3].

Sur une longue période, les écarts se réduisent.

Evolution du rapport entre le niveau des 10 % des plus hauts salaires et des 10 % les plus bas salaires

Source : Insee

Le jackpot des salariés riches
Salaire mensuel (en euros)
Evolution 1998-2006 (en %)
0,01 % les mieux payés83 41068,9
0,1 % les mieux payés28 66135,8
1 % les mieux payés10 84418,3
5 % les mieux payés5 83110,6
10 % les mieux payés4 4778,2
90 % les moins bien payés1 2540,9
Source : "Top Incomes in France : booming inequalities" Camille Landais - Ecole d'Economie de Paris - juin 2008

Inégalités de salaires internationales : tout le monde est servi

La montée des inégalités de salaires est un phénomène mondial. C’est en tous cas ce qu’ont constaté deux rapports réalisés de façon quasi simultanée par des organisations internationales. Le Bureau international du travail (BIT) a publié fin novembre son premier « Rapport global sur les salaires » [4]. Les deux tiers des pays où des données ont pu être obtenues affichent des hausses du niveau des inégalités salariales. Quelques jours avant, le même constat était dressé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) [5]. L’organisme des pays riches conclut à « un élargissement prononcé de la distribution des salaires ». Traduisez : de fortes hausses des inégalités.

Le BIT comme l’OCDE notent que cette hausse des inégalités se propage selon des modèles différents suivant les pays. Au plan international, tout ne se détériore pas partout – au moins avant la récession économique mondiale. Le BIT note une diminution des inégalités de salaires en Indonésie, au Brésil et au Mexique, pays qui, il est vrai, partaient de très haut. Pour l’OCDE, la France et l’Irlande sont les seuls pays (sur un total de 20) pour lesquels on a constaté une diminution entre 1999 et 2005 des inégalités.

La hausse des inégalités salariales peut prendre trois formes différentes, note le BIT. La première est une envolée des hauts salaires, comme c’est le cas pour le Royaume-Uni ou les Etats-Unis. Mais aussi, deuxième version, dans des bas revenus qui ne suivent pas la progression des autres niveaux de salaire, comme c’est le cas pour l’Allemagne. Enfin, un étirement généralisé avec un bas de la hiérarchie qui tombe et un haut qui s’envole, comme c’est le cas pour l’Australie.

Comme pour la France, les données de ces deux rapports demeurent très incomplètes. Elles ne portent que sur les salariés en temps plein, et ne concernent pas les très hauts salaires. Hors l’exemple français montre que c’est tout en haut que les progressions sont les plus importantes. Les données sur l’ensemble des revenus (salaires, mais aussi du patrimoine) font apparaître un mouvement global encore plus appuyé. Aux Etats-Unis, la part du revenu qui va aux 1 % les plus riches a doublé selon l’OCDE entre le milieu des années 1970 et 2004, de 8 à 16 % [6], même ampleur au Royaume-Uni où elle serait passée de 6,5 à 12,63 % entre 1978 et 2000.

Historiquement, le phénomène d’élévation des inégalités n’est en rien nouveau. Il prend sa source dans les pays anglo-saxons dès le premier choc pétrolier, avant même l’arrivée du très conservateur Ronald Reagan au pouvoir aux Etats-Unis en 1981. Dans d’autres pays, comme la Suède, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande et le Canada le mouvement s’amorce plutôt au milieu des années 1980. Il s’enclenche plus tardivement, au milieu des années 1990, en France ou en Allemagne.


Un retournement mondial


Source : « Top Incomes in France : booming inequalities », Camille Landais, école d’Economie de Paris, juin 2008.

Une partie de cet article a été publiée dans le magazine Alternatives Economiques n°276 - Janvier 2009.


Photo / © Jérôme SALORT - Fotolia.com

Notes

[1« Les salaires en France, édition 2008 », Insee références, Insee décembre 2008. Disponible sur www.insee.fr

[2 Le phénomène n’est pas nouveau voir « Le salaire fou des patrons », Alternatives Economiques n°206, septembre 2002. Disponible dans les archives en ligne

[3« Inégaux dans la croissance, inégaux dans la récession ? », L’Observateur de l’OCDE, octobre 2008.

[4« Global Wage Report 2008/2009 », International Labour Office, 2008. Disponible sur www.ilo.org

[5 “Croissance et inégalités. Distribution des revenus et pauvreté dans les pays de l’OCDE”, ’Organisation de coopération et de développement économiques, 2008. Voir « L’OCDE ausculte les inégalités », Alternatives Economiques n°275, décembre 2008.

[6Voir aussi « Bienvenue au pays de l’insécurité sociale », Alternatives Economiques n°273, octobre 2008.

Date de rédaction le 16 janvier 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les gagnants du prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 »

11 avril 2014
Marie, Antoine, Mansour, Rayene, sont quelques-uns des lauréats du prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 ». Ce prix remis par l’Observatoire des inégalités récompense les meilleurs films et affiches parmi 450 participants. Un regard inédit de la jeunesse sur les inégalités sociales, entre les sexes ou selon la couleur de la (...)

Prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 » : qui seront les grands gagnants ?

18 mars 2014
La deuxième étape du prix « Jeunesse pour l’égalité » est terminée : le public a voté et a retenu les finalistes qui seront départagés par notre jury. Rendez-vous le 9 avril 2014 pour connaître les grands gagnants ! En attendant, l’Observatoire des inégalités vous propose une petite sélection parmi les nombreuses créations (...)

« Il est urgent et possible de tendre vers un monde moins inégalitaire. » Entretien avec Marie Duru-Bellat, sociologue.

27 février 2014
Cinq millions d’enfants meurent de faim chaque année dans le monde. 48 ans d’espérance de vie en Sierra Leone, contre 84 au Japon. Comment penser l’injustice hors de nos frontières ? Entretien avec Marie Duru-Bellat, professeure de sociologie à Sciences Po-Paris, auteure de « Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale (...)

Les inégalités de conditions de vie dans le monde

25 février 2014
89 % de la population mondiale a accès à l’eau potable. L’espérance de vie a progressé de 21 ans depuis les années 1950. 89 % des enfants sont scolarisés au primaire. Les conditions de vie se sont améliorées dans le monde. Les pays les plus pauvres restent néanmoins très en retard.

Des images contre les stéréotypes : le prix « Jeunesse pour l’égalité » est lancé

30 septembre 2013
Un garçon, ça aime décider. Par contre les filles sont dociles par nature. Etre handicapé et sportif de haut niveau, c’est impossible. Les étrangers réussissent moins bien que les autres à l’école. Quand on est fille ou fils d’ouvriers, on n’est pas fait pour être ingénieur…Vous en avez assez des clichés ?

« Les inégalités de revenus augmentent dans les pays de l’OCDE », entretien avec Maxime Ladaique de l’OCDE

23 juillet 2013
L’OCDE vient de publier une étude qui montre l’impact des premières années de la crise économique (de 2007 à 2010) sur la distribution des revenus des personnes dans les pays de l’OCDE.

« Les inégalités de revenus entre les populations du monde diminuent depuis le début des années 2000 », entretien avec Branko Milanovic, économiste à la Banque mondiale

28 février 2012
Les inégalités de revenus dans le monde diminuent depuis le début des années 2000, mais restent à un niveau très élevé. Branko Milanovic, chef-économiste à la Banque mondiale, est l’un des spécialistes de la question des inégalités de revenus dans le monde.

Faut-il s’inquiéter des inégalités et de la pauvreté dans les pays riches ?

16 février 2012
Doit-on s’inquiéter de la pauvreté et des inégalités sociales dans un pays riche comme la France, quand on connaît la misère des conditions de vie des habitants des pays les plus pauvres du monde ? Une analyse de Cédric Rio et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.

Les inégalités augmentent en Chine

10 février 2012
Le rapide développement économique de la Chine s’est accompagné d’un accroissement des inégalités de revenus. La concentration des richesses y est plus forte qu’aux États-Unis.

« Les inégalités de revenus ont atteint un niveau jamais vu depuis 30 ans », entretien avec Michael Förster, analyste à l’OCDE

13 décembre 2011
Les inégalités sont en progression dans presque tous les pays riches, indique un rapport de l’OCDE. Entretien avec Michael Förster, analyste des politiques sociales au sein de l’organisation et principal auteur de ce travail.