Qui vit dans un logement inconfortable ou surpeuplé ?

14 octobre 2011 - Un quart des locataires du parc privé, 28 % des ménages modestes, plus de la moitié des immigrés d’Afrique Sub-saharienne, vivent dans des logements de mauvaise qualité en France.


Les logements inconfortables

Sur le long terme, les conditions de logement s’améliorent. Mais cette amélioration n’est pas la même pour tous. Les jeunes générations qui ont emménagé dans la période de flambée des prix ont dû revoir leurs aspirations à la baisse vis-à-vis de leurs aînés : 28 % des moins de 30 ans vivent dans un logement inconfortable*, le double de la moyenne nationale (14 %). Ils sont victimes d’un effet de ciseau, avec une pression sur les revenus d’un côté et la hausse du coût du logement de l’autre, ce qui se répercute sur leurs conditions de vie. Les immigrés combinent de bas revenus et des familles plus nombreuses en moyenne : ceux qui sont originaires d’Afrique Sub-saharienne sont plus de 50 % à vivre dans un logement inconfortable. Une partie subit le sort des « marchands de sommeil » et doit payer des loyers élevés pour des logements insalubres.

D’une façon générale, le logement inconfortable est le lot d’une partie beaucoup plus importante des catégories modestes (28 % sont dans ce cas) et des ouvriers (20 %), dont les revenus sont insuffisants pour accéder au confort « normal ». Enfin, l’écart est considérable entre les propriétaires (7 %) et les locataires du secteur privé (25 %) ainsi qu’entre ceux qui occupent une maison individuelle (10 %) et ceux qui vivent en appartement (20 %).

Les logements inconfortables (de qualité médiocre ou surpeuplés)
Unité : %
Logement inconfortable
Ensemble des ménages14
Selon l'âge
Moins de 30 ans28
30-39 ans22
40-49 ans17
50-59 ans10
60 ans et plus7
Selon la catégorie socioprofessionnelle
Agriculteurs14
Artisans, Commerçants et Chefs d'entreprises8
Cadres et professions intellectuelles supérieures8
Professions intermédiaires11
Employés16
Ouvriers20
Sans activité professionnelle29
Selon les revenus
1er quintile (20 % des ménages les plus pauvres)28
2ème quintile (de 20 à 40 %)18
3ème quintile (de 40 à 60 %)13
4ème quintile (de 60 à 80 %)9
5ème quintile (20 % des ménages les plus riches)5
Selon le statut d'occupation du logement
Propriétaire, accédant à la propriété7
Locataire dans le secteur social21
Locataire dans le secteur privé25
Selon le type de logement
Individuel10
Collectif20
Selon l'origine
Non immigrés13
Immigrés - Europe17
Immigrés - Maghreb42
Immigrés - Autres pays d'Afrique51
Source : Insee - Enquête logement - 2006, France métropolitaine


Qu’est-ce qu’un logement inconfortable ?

Sont dit « inconfortables » par l’Insee les logements de mauvaise qualité ou de surface trop petite. La qualité du logement répond à un ensemble de critères, comme l’eau courante, l’humidité, le chauffage.

Les logements surpeuplés

9 % des ménages vivaient dans un logement surpeuplé (voir encadré) en 2006 contre 10,6 % en 2002. La moitié d’entre eux font partie des 30 % des ménages les plus modestes. Parmi eux, près de 23 % ont des revenus inférieurs au seuil des 10 % des ménages les plus pauvres. A l’opposé, 1,9 % des ménages des 10 % les plus riches connaissent ces conditions d’habitat, près de 12 fois moins que les plus pauvres. Ce rapport était de 9,5 en 2002.

Part des ménages vivant dans un logement surpeuplé selon le revenu
Unité : %
2002
2006
30 et 40 %11,29,4
20 et 30 %15,311,1
Revenu inférieur au seuil des 10 % les plus pauvres27,922,8
Entre les 10 et les 20 %17,916,7
40 et 50 %8,77,8
50 et 60 %7,67,0
60 et 70 %5,65,6
70 et 80 %4,74,5
80 et 90 %3,13,0
10 % les plus riches3,01,9
Ensemble10,69,0
Rapport entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres9,511,8
Lecture : en 2006, près de 23 % des ménages dont le revenu est inférieur au 1er décile, vivent dans un logement surpeuplé.
Source : Insee, enquêtes Logement, France métropolitaine


Qu’est-ce qu’un logement surpeuplé ?

La surface d’un logement est estimée en fonction de normes de peuplement. Il est dit surpeuplé quand il ne comprend pas : une pièce de séjour pour le ménage, une chambre pour les personnes qui vivent en couple, une pour les célibataires de 19 ans ou plus, une pour deux enfants, s’ils sont du même sexe ou s’ils ont moins de 9 ans, sinon une chambre par enfant. Les logements d’une pièce supérieurs à 25 m2 pour une personne seule ne sont pas considérés comme surpeuplés.

Le nombre de logements de mauvaise qualité

Sur les 26 millions de l’ensemble des logements [1], plus de cinq millions sont encore sans confort minimum. 2,23 millions ne disposent pas de chauffage suffisant, 1,3 million sont soumis à l’humidité, 947 000 se situent dans un immeuble insalubre. 182 000 n’ont pas d’accès à l’eau chaude.

Critères de privation de confort selon le nombre total de logements
Unité : En milliers
Nombre total de logements (en milliers)
Immeuble insalubre ou menaçant de tomber en ruines272
Infiltrations d'eau1 337
Froid (chauffage insuffisant ou mauvaise isolation)2 239
Pas de coin cuisine91
Pas de salle de bains (logements de plus d'une pièce uniquement)180
Pas de WC (selon taille logement)170
Pas d'eau chaude182
Privation de confort *947
Effectif total (en milliers, tous logements)26 250
* Les logements privés de confort sont ceux qui, soit se trouvent dans un immeuble insalubre ou menaçant de tomber en ruine, soit présentent au moins deux défauts dans la liste ci-dessus.
Source : Insee, enquête Logement 2006, Résidences principales de France métropolitaine, hors hôtels et habitations de fortune

Photo /© BrunoH - Fotolia.com

Notes

[1Résidences principales de France métropolitaine, hors hôtels et habitations de fortune

Date de rédaction le 14 octobre 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Le mal-logement en 2014

31 janvier 2014
3,5 millions de personnes sont concernées par le mal-logement en France. 694 000 personnes n’ont pas de domicile personnel, 85 000 vivent dans une habitation de fortune, cabane, camping ou mobil home toute l’année. Beaucoup reste à faire pour que chacun dispose de conditions d’habitat dignes de ce nom.

140 000 sans domicile en France

4 juillet 2013
La France compte 140 000 sans domicile, selon l’Insee, dont 30 000 enfants. 9 % sont des sans abri. Un chiffre en forte augmentation par rapport à 2001.

Le poids des dépenses de logement selon les revenus

28 mars 2012
Les dépenses de logement pèsent pour 39 % dans le budget des 10 % des ménages aux revenus les plus faibles contre 15 % pour les 10 % les plus riches. La part de ces dépenses est d’autant plus lourde que les ressources des ménages sont modestes.

Le poids des dépenses de logement selon l’âge

7 avril 2011
Les jeunes subissent de plein fouet la hausse des prix de l’immobilier. Ils consacrent entre 18 % et 22 % de leur budget aux dépenses liées au logement. Cette part est de 10,3 % pour l’ensemble des ménages.

La surface des logements selon la catégorie sociale

16 septembre 2009
Les ouvriers disposent en moyenne d’un logement de 30 m² par personne, contre 43 m² pour les artisans, commerçants et chefs d’entreprise. Des inégalités fortement liées au revenu.

Mesure des discriminations à l’accès au logement par testing

3 septembre 2009
A niveau de vie équivalent, les candidats à un logement d’origine maghrébine ou africaine ont quatre fois moins de chances d’en obtenir un que ceux d’origine française.

Les conditions de logement des jeunes adultes

14 janvier 2009
29 % des jeunes déclarent occuper un logement trop petit, autant ont du mal à chauffer leur habitation faute de moyens...

Qualité de vie et logement

28 août 2006
Seuls 7 % des habitants en pavillon trouvent que leur quartier n’est pas agréable à vivre contre 24 % des habitants des cités.

FERMER