L’accès à la médecine inégalement réparti dans le monde

13 juin 2013 - Cuba compte 672 médecins pour 100 000 habitants, l’Éthiopie n’en compte que trois. En haut de l’échelle, les pays riches se caractérisent par un nombre de médecins supérieur à 200 pour 100 000 habitants, en bas de l’échelle, les pays de l’Afrique subsaharienne en compte à peine 20 pour 100 000 habitants.


L’analyse de la proportion de médecins par pays livre une vision d’ensemble assez fidèle des inégalités de santé dans le monde. Il existe un écart abyssal entre les pays les mieux lotis et les pays les plus démunis : là où Cuba compte 672 médecins pour 100 000 habitants, l’Ethiopie n’en compte que trois...

De chaque côté de l’échelle, un groupe se démarque du reste. Les pays riches se caractérisent tous par un nombre de médecins bien supérieur à 200 pour 100 000 habitants, tandis que, en bas de l’échelle, les pays d’Afrique subsaharienne se distinguent par un très faible niveau, généralement inférieur à 20 médecins pour 100 000 habitants.

Bien d’autres facteurs jouent (hygiène, alimentation, conditions de travail, etc.), mais les conséquences de cette situation en matière de santé sont importantes. Les pays d’Afrique subsaharienne connaissent une plus forte mortalité infantile et des épidémies plus fréquentes (Sida, tuberculose, etc.), ce qui vient peser de façon considérable sur les espérances de vie, qui stagnent voire diminuent dans la région.

En parallèle, on observe que les ex-pays de l’Est ont une proportion de médecins élevée (souvent supérieure à 300 pour 100 000), en dépit de niveaux de vie   qui ne sont pas parmi les plus hauts. On peut y lire le résultat de l’héritage du modèle communiste, dans lequel le système de santé était particulièrement développé. Il faut utiliser ces données avec précaution : certes, on a une probabilité supérieure d’être mieux soigné dans un pays qui compte 300 médecins pour 100 000 habitants que dans celui qui en compte 3 pour 100 000, mais le nombre n’est pas toujours synonyme de qualité.


Avertissement :

Les données sont tirées du rapport annuel 2013 sur les statistiques sanitaires mondiales de l’Observatoire mondial de la santé (Oms) qui ne communique pas de valeurs par grandes zones. Nous avons donc sélectionné un certain nombre de pays, notamment par la taille de leur population et dans différents continents. Ces données sont à interpréter avec précaution, car la définition de ce qu’est un médecin peut varier d’un pays à l’autre (infirmier, médecin généraliste, spécialiste, etc.), et les systèmes de comptabilisation diffèrent.

Photo : © Steve Cukrov - Fotolia.com

Date de rédaction le 13 juin 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les inégalités d’espérance de vie dans le monde

25 février 2014
En un demi-siècle, l’espérance de vie a augmenté pour l’ensemble de la population dans le monde. L’écart entre populations pauvres et riches reste toutefois toujours très important.

840 millions de personnes sous-alimentées dans le monde

29 octobre 2013
840 millions de personnes demeurent sous-alimentées dans le monde, dont 550 millions en Asie.

Le sida dans les pays pauvres

1er décembre 2007
Le Swaziland, avec 33,4 % des personnes de 15 à 49 ans touchées par le sida, fait partie des 14 pays africains où l’espérance de vie diminue.

La tuberculose est encore un fléau dans le monde

17 juillet 2007
3 cas sur 100 000 au Etats-Unis contre 1 211 au Swaziland. La tuberculose continue de tuer dans le monde surtout dans les pays à moyen et faible développement humain alors que des traitements efficaces existent.