La mesure des inégalités : qu’est-ce qu’un « décile » ? A quoi ça sert ?

22 avril 2014 - Déciles, quartiles et compagnie : tout le monde en parle, sans toujours bien comprendre de quoi il s’agit. Mise au point de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Pour mesurer les inégalités, on découpe la population en tranches. Au passage, le mot « population » doit se comprendre au sens des statisticiens pour qui un groupe de pommes constitue une « population ». Dans notre cas, notre « population », est constituée soit de ménages, soit d’individus.

Quand on découpe notre population en tranches égales de 10 %, on obtient ce que l’on appelle des « déciles ». Si on la découpe en fonction du niveau de salaire, notre décile est le niveau de salaire qui sépare chaque tranche, de 10 % en 10 %.

Ensuite, on classe les déciles par ordre croissant. Le premier décile, c’est donc le niveau de salaire pour lequel 10 % de la population touche moins. Alors, logiquement, 90 % touche plus. Le deuxième, c’est le niveau de salaire pour lequel 20 % touchent moins (et donc 80 % touchent plus). Pour aller plus vite, les statisticiens écrivent parfois D1, pour le premier décile, D2 pour le second, et ainsi de suite.

On n’est pas obligé de découper des tranches de 10 %. Une tranche de 1 %, c’est un centile. Une tranche de 20 %, c’est un quintile (20 % = un cinquième). Une tranche de 25 %, c’est un quartile (25 % = un quart), etc. Un autre découpage connu est la médian  e : on divise simplement la population en deux, la moitié au-dessus, la moitié au-dessous. Tous ces découpages sont regroupés sous le nom savant de « fractiles », qui signifie seulement « n’importe quel type de tranche ».

Notre découpage nous intéresse pour mesurer les inégalités, car il permet de rapporter le niveau d’une tranche sur une autre. Le plus souvent, on rapporte D9 à D1, et on appelle ça le « rapport interdécile   ». Qu’est-ce que c’est ?

D9 = neuvième décile. Et donc (pour des revenus) 90 % gagnent moins, 10 % gagnent plus. C’est le niveau de revenu qui sépare les 90 % du bas aux 10 % du haut. D1, c’est le premier décile. Et donc, 10 % gagnent moins, 90 % gagnent plus. Notre D9/D1 rapporte le niveau de revenu minimum des 10 % les plus riches au revenu maximum des 10 % les plus pauvres.

Ce rapport interdécile   est l’indicateur le plus utilisé. Il a un grand mérite, celui de la - relative - simplicité. Mais ce n’est pas la panacée. On prend deux niveaux de revenu à deux points précis de la distribution. Du coup, on ne dit rien de ce qui se passe à côté. Ainsi, les valeurs de D9 et de D1 peuvent très bien rester inchangées si seuls les revenus du 1 % les plus riches progressent. On dira que les inégalités n’ont pas évolué, alors qu’en pratique les plus riches se sont enrichis.

Prenons un exemple fictif. Une année donnée, le revenu maximum des 10 % les plus pauvres (D1) = 1000 euros. Le revenu maximum des 90 % les moins bien rémunérés (D9) = 10 000 euros, celui des 1 % les plus riches = 25 000 euros. Le rapport interdécile, D9/D1 = 10. Si l’année suivante, seul le revenu des 1 % les plus riches augmente et passe de 25 à 50 000 euros, D1/D9 n’aura pas bougé. Mais les inégalités auront tout de même augmenté.

Même chose en sens inverse si, par exemple, seuls les revenus des 5 % les plus pauvres se sont accrus. Pour éviter ce problème, les statisticiens utilisent d’autres indicateurs, des coefficients qui mesurent l’écart entre ce qui est observé et une distribution égale (voir notre article).

Et maintenant pour mieux comprendre, rendez-vous dans notre rubrique Revenus.

Photo / © Karramba Production - Fotolia.com

Date de rédaction le 22 avril 2014

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

« Pourquoi pas moi ? » : la troisième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité » est lancée

18 mai 2015
Tel père, tel fils ? Et si nos chemins n’étaient pas tout tracés ? L’Observatoire des inégalités lance la troisième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité », un concours de communication visuelle.

Merci à tous ceux qui ont soutenu le premier rapport sur les inégalités

6 mai 2015
La collecte de dons lancée par l’Observatoire pour le premier rapport sur les inégalités en France a été un succès. Quel sera le contenu du rapport ? Comment l’obtenir ?

Protection sociale : pourquoi les plus riches touchent trois fois plus que les plus pauvres

29 avril 2015
Notre système social coûte cher, mais ses dépenses bénéficient en premier aux plus aisés, qui reçoivent trois fois plus que les plus pauvres. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait d’Alterecoplus.

Le rapport sur les inégalités soutenu par un grand nombre d’experts

30 mars 2015
Le premier rapport sur les inégalités en France est en cours d’élaboration. Sociologues, économistes, juristes, anthropologues, un grand nombre de chercheurs soutiennent notre initiative.

Qui sont les privilégiés d’une France en crise ?

2 février 2015
Des revenus à l’éducation, la dénonciation des élites est une façon de faire oublier les privilèges dont dispose une frange beaucoup plus large de la population qui vit à l’abri de la crise. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

1,2 million d’enfants « de » pauvres

6 janvier 2015
9 % des enfants de moins de six ans vivent dans la pauvreté en France en 2012. « Enfants pauvres » ? Non : enfants « de » pauvres, de parents sans emploi ou mal rémunérés. Une analyse de Valérie Schneider et Louis Maurin de l’Observatoire des inégalités.

Noël au goût amer pour les catégories populaires

22 décembre 2014
Noël sera l’occasion d’un immense déballage. Les plus aisés ne connaissent pas la crise, alors qu’une partie de la population décroche. Un contraste de plus en plus saisissant. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait d’Alterecoplus.

Les plus pauvres vivent d’abord dans les villes-centres

11 décembre 2014
Contrairement aux discours ambiants, c’est à l’intérieur des grandes villes, et non à leur périphérie lointaine, que vivent les plus pauvres. La plus grande richesse de quelques quartiers favorisés y côtoie l’extrême pauvreté. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités et du Centre d’observation de la (...)

Une journée de formation pour comprendre la pauvreté

11 décembre 2014
En France, on compte 5 ou 9 millions de pauvres ? Où et comment vivent les plus démunis ? Pour la première fois, l’Observatoire des inégalités organise une journée de formation sur le thème de la pauvreté. Objectif : mieux comprendre la situation et rechercher les meilleures pistes à emprunter pour combattre la (...)

« Les élites se donnent de bonnes raisons pour frauder ». Entretien avec Pierre Lascoumes, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes (CEE) de Sciences Po

2 décembre 2014
Les riches fraudent tout autant que les pauvres. Mais ils se donnent de bonnes raisons de le faire. Entretien avec Pierre Lascoumes, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes (CEE) de Sciences Po. Extrait du magazine Alternatives Economiques.

FERMER

end popup