La mesure des inégalités : qu’est-ce qu’un « décile » ? A quoi ça sert ?

22 avril 2014 - Déciles, quartiles et compagnie : tout le monde en parle, sans toujours bien comprendre de quoi il s’agit. Mise au point de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Pour mesurer les inégalités, on découpe la population en tranches. Au passage, le mot « population » doit se comprendre au sens des statisticiens pour qui un groupe de pommes constitue une « population ». Dans notre cas, notre « population », est constituée soit de ménages, soit d’individus.

Quand on découpe notre population en tranches égales de 10 %, on obtient ce que l’on appelle des « déciles ». Si on la découpe en fonction du niveau de salaire, notre décile est le niveau de salaire qui sépare chaque tranche, de 10 % en 10 %.

Ensuite, on classe les déciles par ordre croissant. Le premier décile, c’est donc le niveau de salaire pour lequel 10 % de la population touche moins. Alors, logiquement, 90 % touche plus. Le deuxième, c’est le niveau de salaire pour lequel 20 % touchent moins (et donc 80 % touchent plus). Pour aller plus vite, les statisticiens écrivent parfois D1, pour le premier décile, D2 pour le second, et ainsi de suite.

On n’est pas obligé de découper des tranches de 10 %. Une tranche de 1 %, c’est un centile. Une tranche de 20 %, c’est un quintile (20 % = un cinquième). Une tranche de 25 %, c’est un quartile (25 % = un quart), etc. Un autre découpage connu est la médian  e : on divise simplement la population en deux, la moitié au-dessus, la moitié au-dessous. Tous ces découpages sont regroupés sous le nom savant de « fractiles », qui signifie seulement « n’importe quel type de tranche ».

Notre découpage nous intéresse pour mesurer les inégalités, car il permet de rapporter le niveau d’une tranche sur une autre. Le plus souvent, on rapporte D9 à D1, et on appelle ça le « rapport interdécile   ». Qu’est-ce que c’est ?

D9 = neuvième décile. Et donc (pour des revenus) 90 % gagnent moins, 10 % gagnent plus. C’est le niveau de revenu qui sépare les 90 % du bas aux 10 % du haut. D1, c’est le premier décile. Et donc, 10 % gagnent moins, 90 % gagnent plus. Notre D9/D1 rapporte le niveau de revenu minimum des 10 % les plus riches au revenu maximum des 10 % les plus pauvres.

Ce rapport interdécile   est l’indicateur le plus utilisé. Il a un grand mérite, celui de la - relative - simplicité. Mais ce n’est pas la panacée. On prend deux niveaux de revenu à deux points précis de la distribution. Du coup, on ne dit rien de ce qui se passe à côté. Ainsi, les valeurs de D9 et de D1 peuvent très bien rester inchangées si seuls les revenus du 1 % les plus riches progressent. On dira que les inégalités n’ont pas évolué, alors qu’en pratique les plus riches se sont enrichis.

Prenons un exemple fictif. Une année donnée, le revenu maximum des 10 % les plus pauvres (D1) = 1000 euros. Le revenu maximum des 90 % les moins bien rémunérés (D9) = 10 000 euros, celui des 1 % les plus riches = 25 000 euros. Le rapport interdécile, D9/D1 = 10. Si l’année suivante, seul le revenu des 1 % les plus riches augmente et passe de 25 à 50 000 euros, D1/D9 n’aura pas bougé. Mais les inégalités auront tout de même augmenté.

Même chose en sens inverse si, par exemple, seuls les revenus des 5 % les plus pauvres se sont accrus. Pour éviter ce problème, les statisticiens utilisent d’autres indicateurs, des coefficients qui mesurent l’écart entre ce qui est observé et une distribution égale (voir notre article).

Et maintenant pour mieux comprendre, rendez-vous dans notre rubrique Revenus.

Photo / © Karramba Production - Fotolia.com

Date de rédaction le 22 avril 2014

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

24 juin 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

« Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent » : un ouvrage pour agir

15 juin 2016
L’Observatoire des inégalités publie un ouvrage collectif rassemblant des propositions concrètes pour réduire les inégalités.

Portrait des quartiers en difficulté

10 juin 2016
Le taux de pauvreté atteint 42 % dans les quartiers en difficulté contre 16 % dans les villes qui les abritent. Une population plus souvent jeune, familiale, peu diplômée et étrangère.

Quelle politique pour réduire les inégalités ?

7 juin 2016
De l’école au monde du travail, en passant par l’accès aux soins ou au logement, la France, l’un des pays les plus riches au monde, a les moyens de s’attaquer aux inégalités. Encore faudrait-il en avoir la volonté politique. Par Louis Maurin et Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent (...)

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

23 mai 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

La rupture conjugale, une épreuve économique pour les femmes

17 mai 2016
300 000 couples se séparent chaque année, dont la moitié ont des enfants mineurs à charge. Ces ruptures entraînent une baisse du niveau de vie, qui touche d’abord les femmes. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

Inégalités : pourquoi autant d’écart entre les discours et les actes ?

11 mai 2016
Les inégalités sont à la mode dans le discours politique, mais les décisions ne sont pas à la hauteur. Comment expliquer l’hypocrisie actuelle ? Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Que faire contre les inégalités ? Testez notre évaluateur des dépenses publiques

29 avril 2016
Que faire contre les inégalités ? Mesurez les solutions concrètes avec notre évaluateur des dépenses publiques. Des crèches au logement social en passant par la sécurité, beaucoup aurait pu être fait à la place des 46 milliards perdus dans le « pacte de responsabilité ».

Inégalités : pourquoi le modèle social français marche mal

26 avril 2016
Ecartelé entre le modèle libéral anglo-saxon et le modèle social-démocrate scandinave, le modèle social français fonctionne mal. Une situation qui mécontente tout le monde, mais n’est pas prête de changer. Le point de vue de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques.

L’évaluateur des dépenses publiques : notre méthode

25 avril 2016
Pour évaluer le coût des dépenses publiques nouvelles à mettre en oeuvre, nous nous sommes appuyés sur un grand nombre de travaux existants. Nous avons surestimé les montants par prudence. Voici notre méthode.

FERMER