L’évolution des inégalités de revenus en France

13 février 2014 - La France a connu une réduction des inégalités de revenus au cours des quarante dernières années, mais depuis 15 ans la tendance s’est inversée.


Les écarts de niveau de vie   ont baissé si l’on se place sur une longue période. Cependant, elles repartent à la hausse depuis une quinzaine d’années. Principalement parce que les niveaux de vie   des très riches se sont envolés mais aussi parce que ceux des plus pauvres ont diminué dans les années récentes. Le jugement que l’on peut porter sur les inégalités de revenus dépend de l’échelle de temps et de l’instrument de mesure que l’on utilise.

L’évolution depuis 40 ans

  • Comparaison entre les 10 % les plus pauvres et les 10 % les plus riches

L’outil le plus souvent utilisé pour mesurer les inégalités de revenus est appelé « rapport interdécile   ». Il s’agit du rapport entre le niveau de vie minimum des 10 % les plus riches (ce qui s’appelle un décile, le neuvième) et le niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres (un autre décile, le premier). Tout cela, après impôts directs et prestations sociales, pour une personne seule.

Avec cet outil, et si l’on observe les choses depuis les années 1970, la diminution est nette : le rapport interdécile est passé de 4,6 à 3,6 en 2011. La baisse des inégalités de revenus a été continue des années 1970 au milieu des années 1980. Ensuite ce rapport a stagné aux alentours de 3,4 jusqu’en 2009. Depuis, il repart légèrement à la hausse pour atteindre 3,6 en 2011.


  • L’indice de Gini, indicateur des inégalités

Une autre façon de mesurer les inégalités de revenus est l’indice de Gini. Plus il est proche de zéro, plus on s’approche de l’égalité (tous les individus ont le même revenu). Plus il est proche de un, plus on est proche de l’inégalité totale (un seul individu reçoit tous les revenus).

Là aussi, la situation s’est nettement améliorée entre les années 1970 et le début des années 1990 : cet indice est passé de 0,331 à 0,277 en 1990. Depuis l’indice de Gini a nettement augmenté : il atteint désormais 0,302, le niveau de la fin des années 1970.

Cet indicateur décrit mieux la réalité des inégalités que le rapport interdécile car il synthétise en quelque sorte l’information sur l’ensemble des revenus. La France est un pays de plus en plus inégal du point de vue des revenus, et le phénomène ne date pas d’hier, mais de la fin des années 1990.


Les 10 dernières années

Entre 2001 et 2011, le niveau de vie moyen annuel des 10 % les plus pauvres [1] a très peu augmenté : + 0,9 %, soit un gain de 70 euros, une fois l’inflation déduite. A l’opposé, celui des 10 % les plus riches a connu une nette augmentation, de + 16,4 % soit un gain de 8 115 euros.

En 2001, les 10 % les plus riches avaient un revenu 6,2 fois supérieur aux 10 % les plus pauvres. C’est ce que l’on appelle l’écart relatif. En 2011, cet écart s’est creusé puisque les plus aisés touchent maintenant 7,2 fois plus que les plus modestes. En valeur absolue, c’est-à-dire en euros, cet écart est passé de 41 580 euros en 2001 à 46 625 euros en 2011.

Evolution des niveaux de vie moyens annuels
Selon les seuils de niveau de vie, après impôts et prestations sociales, pour une personne seule, en euros
2001
2011
Evolution (en euros)
Evolution (en %)
Niveau de vie moyen des 10 % les plus pauvres7 9508 020700,9
Entre les 10 et 20 % 11 19011 9307406,6
Entre les 20 et les 30 %13 29014 3401 0507,9
Entre les 30 et les 40 % 15 21016 4701 2608,3
Entre les 40 et 50 % 17 09018 5801 4908,7
Entre les 50 et 60 % 19 14020 8301 6908,8
Entre les 60 et 70 % 21 57023 4911 9218,9
Entre les 70 et 80 %24 82027 1022 2829,2
Entre le 80 et 90 % 30 11033 0252 9159,7
Des 10 % les plus riches 49 53057 6458 11516,4
Ensemble20 99023 1402 15010,2
Rapport entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres 6,27,2--
Ecart entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres (en euros) 41 58046 6255 04512,1
Les valeurs 2011 ont été recalculées pour éviter une rupture de série en 2010. Elles diffèrent des données que publie l’Insee sur l’année 2011, non comparables avec les données antérieures.
Source : Insee

Depuis 2008

On assiste à un changement de taille. Non seulement les revenus des catégories aisées progressent, mais ceux des plus démunis diminuent. Entre 2008 et 2011, le niveau de vie moyen annuel des 10 % les plus riches a augmenté de 1 795 euros, alors que celui des 10 % les plus pauvres a baissé de 360 euros (voir notre article 2008-2011 : inégalités en hausse, revenus en baisse pour les plus modestes). Et la situation s’est probablement dégradée depuis 2011 du fait de la progression du chômage. On passe d’un régime de progrès mal partagé à un régime au sein duquel les différentes catégories sociales s’éloignent les unes des autres. Ceci est très différent et constitue un moteur majeur des tensions sociales.



Pour en savoir plus :

Photo / © Gina Sanders - Fotolia.com

Notes

[1Attention, il ne faut pas confondre le niveau de vie moyen d’une tranche de 10 % de population avec un décile, qui est la limite de la tranche.

Date de rédaction le 24 avril 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Personnes seules, couples, familles : quel est le niveau de vie des ménages ?

17 octobre 2014
1 500 euros de revenus par mois ne procurent pas le même niveau de vie à une famille qu’à une personne seule. Le détail des revenus selon le type de ménage.

Qui est riche et qui est pauvre en France ?

7 avril 2014
L’Observatoire des inégalités publie les seuils de pauvreté, de richesse et le niveau de vie des classes moyennes pour les principaux types de ménages. Des données essentielles.

2008-2011 : inégalités en hausse, revenus en baisse pour les plus modestes

13 février 2014
Un gain de revenu de 1 800 euros pour les 10 % les plus riches contre une perte de 400 euros pour les 10 % les plus pauvres entre 2008 et 2011. Les catégories modestes décrochent.

Pendant la crise, les plus riches s’enrichissent

10 février 2014
Entre 2008 et 2011, si l’on considère la masse globale des revenus en France, les 10 % les plus pauvres ont perdu environ 150 millions d’euros, alors que les 10 % les plus riches se sont enrichis de 18 milliards.

Revenus : les avantages des propriétaires

11 octobre 2013
Si l’on ajoutait aux revenus des propriétaires les loyers qu’ils n’ont pas à verser, le niveau de vie moyen annuel global de la population (après impôts et prestations sociales, pour une personne) augmenterait de 8 %, soit de 1 840 euros.

Les inégalités de revenus des travailleurs indépendants

18 septembre 2013
Les travailleurs indépendants ont un revenu annuel moyen de 31 800 euros. Mais celui-ci varie de 15 000 à 105 000 euros entre un coiffeur et un notaire...

La composition des revenus selon le niveau de vie

12 septembre 2013
La part du salaire représente 34 % du revenu des 10 % des ménages les plus modestes contre 64 % de celui des 10 % des plus aisés. Les revenus du patrimoine constituent 28 % des ressources des 10 % les plus riches.

Qui gagne combien ? Le paysage des revenus en France

25 octobre 2011
Le débat sur les revenus en France est souvent opaque. Quelques données pour mieux mesurer qui gagne combien.

FERMER