Niveau de diplôme et chômage dans les quartiers sensibles

11 mars 2014 - Près de la moitié de la population des quartiers en difficulté ne possède aucun diplôme contre 20 % des résidents hors des zones urbaines sensibles. Cet écart a des répercussions directes sur le chômage, plus élevé dans ces quartiers.


La part de la population qui ne possède aucun diplôme est deux fois plus importante dans les Zones urbaines sensibles (Zus) qu’en dehors de ces territoires : 44,3 % n’ont aucun diplôme contre 19,7 %. Les écarts sont moindres pour les niveaux BEP-CAP et bac (respectivement 22,5 % et 14,9 % dans les Zus, 18,8 % et 18,1 % hors Zus). Ceux qui ont un niveau de diplôme supérieur au bac sont deux fois moins nombreux dans les quartiers en difficulté (18,4 % contre 43,4 %).

Dans les Zus comme ailleurs, le diplôme protège du chômage : plus il est élevé, plus le taux de chômage s’abaisse. Mais la différence entre les habitants des Zus et les autres reste cependant très significative. Pour tous les niveaux de formation (des sans diplôme aux études supérieures), les taux de chômage sont environ deux fois plus élevés dans ces quartiers qu’au niveau national.

11,3 % des habitants des Zus ayant un diplôme supérieur au baccalauréat sont au chômage, contre 5,4 % de ces mêmes diplômés habitants hors de ces quartiers. 20,9 % des titulaires d’au moins un CAP ou BEP sont sans emploi dans les zones urbaines sensibles, contre 9,2 % hors de ces territoires [1].

La protection offerte par un niveau élevé de diplôme produit, dans les Zus, des effets très différenciés selon le sexe. Dans les quartiers situés hors zones urbaines sensibles, c’est-à-dire les quartiers non prioritaires ne relevant pas de la politique de la ville, l’effet protecteur du diplôme est sensiblement le même pour les hommes et les femmes. Mais dans les Zus, on constate que les hommes diplômés ont plus de difficultés à échapper au chômage, alors que les femmes bénéficient pleinement de cette certification.

Il n’est pas aisé d’expliquer ces effets inversés. Une première hypothèse tient au choix des filières et au processus d’orientation scolaire différents entre les filles et les garçons. Une autre hypothèse doit, elle aussi, être prise au sérieux : les hommes (notamment les jeunes, souvent d’origine immigrée) diplômés se confronteraient plus fréquemment à des comportements discriminatoires.



Pour en savoir plus :

  • « Rapport 2013 », Observatoire des zones urbaines sensibles, Secrétariat du Comité interministériel des villes, décembre 2013.
  • Nos articles :

La situation des zones urbaines sensibles

Le chômage dans les zones urbaines sensibles

Photo / © drivepix - Fotolia.com

Notes

[1« Hors Zus » désigne les territoires hors zones urbaines sensibles des agglomérations ayant une Zus.

Date de rédaction le 17 juillet 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Chômage : les hommes dépassent les femmes

8 mars 2017
L’égalité entre femmes et hommes existe désormais au moins dans un domaine : le chômage. Même si la crise a davantage frappé un peu plus les seconds que les premières.

Chômage : les non-qualifiés en première ligne

24 février 2017
Avec 4 % de chômeurs, les cadres supérieurs restent largement épargnés par la crise. Ce n’est pas le cas des ouvriers non qualifiés, dont le taux de chômage s’élève à 20 %.

Qui sont les chômeurs de longue durée ?

16 octobre 2015
Passer par la case chômage est une chose, y rester longtemps a des conséquences beaucoup plus graves sur le niveau d’indemnisation, les relations sociales et l’état psychologique des personnes qui se trouvent ainsi éloignées de leur univers professionnel.

La moitié des chômeurs touchent moins de 500 euros par mois

30 janvier 2015
Un tiers des chômeurs ne touche aucune indemnité. La moitié d’entre eux ne reçoivent pas plus de 500 euros par mois et les trois quarts moins du Smic.

Le taux de chômage selon le diplôme et l’âge

30 janvier 2015
Le taux de chômage des non diplômés est trois fois supérieur à celui des diplômés d’études supérieures. Le diplôme est plus que jamais un atout pour accéder à l’emploi.

Chômage : les jeunes aux premières loges

5 juin 2014
Entre 1975 et 2015, le taux de chômage a été multiplié par quatre pour les 20-24 ans et par presque autant pour les 25-49 ans. Depuis 2008, la crise a particulièrement touché les plus jeunes. Le taux de chômage des moins de 25 ans atteint désormais un niveau record en France. Mais les plus âgés ne sont pas épargnés non (...)

La durée de chômage selon le sexe et l’âge

5 juin 2014
Les chômeurs restent en moyenne 14 mois sans emploi, mais près de 20 % d’entre eux connaissent une période d’inactivité professionnelle forcée de plus de deux années.

FERMER