Les classes moyennes n’ont plus les moyens

5 janvier 2005 - Pour aider les catégories aisées, on les re-baptise désormais « classes moyennes ». L’écart entre les discours et la pratique du gouvernement accroît les inégalités et ruine notre démocratie. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, extrait du journal Libération.


Pour aider les catégories aisées, il suffit de les re-baptiser « classes moyennes ». La technique est rodée, elle a d’ailleurs déjà été utilisée par la gauche, mais le projet de loi de finances 2005, qui sera adopté dans quelques jours, en offre une illustration magistrale. L’écart entre les discours et la pratique du gouvernement accroît les inégalités et ruine notre démocratie.

Les classes moyennes françaises souffrent. Elles sont loin de connaître les difficultés des six millions des personnes qui vivent de minima sociaux. Mais leur niveau de vie   se situe à des années-lumière de ce qu’en montre la publicité : le pavillon spacieux, les vacances dans la résidence secondaire ou le « wifi » ne font pas partie de leur quotidien. En France, la moitié des ménages ont un revenu inférieur à 1 900 euros selon l’Insee et le revenu moyen des familles de deux enfants vaut environ 3 100 euros (hors revenus du patrimoine, faibles au bas de l’échelle...).

Plus qu’entre le bas et le milieu de l’échelle sociale, les inégalités s’accroissent aujourd’hui entre le milieu et les catégories aisées. Les classes moyennes, situées au-delà des conditions de ressources des allocations logement, sont frappées de plein fouet par la hausse du prix de l’immobilier. Leurs enfants peinent à égaler la situation de leurs parents, notamment parce que le système scolaire est conçu pour faire réussir les enfants de diplômés. Les salariés moyens du secteur privé sont hantés par la peur du chômage, qui peut à tout moment les faire tomber en bas de l’échelle. Cette situation alimente un vaste ressentiment qui touche bien plus que les catégories populaires.

Les classes moyennes, centrales dans la société française, ne sont pas celles auxquelles le gouvernement apporte de l’aide. Les mesures décidées par Nicolas Sarkozy sont destinées à des catégories aisées beaucoup plus étroites, déguisées pour l’occasion en « moyennes » (auxquelles certains commentateurs ajoutent l’adjectif « supérieures » pour s’y inclure). La baisse de l’impôt sur les successions ne profitera en rien au chef de rayon qui s’est acheté son pavillon à coups d’heures supplémentaires. Un patrimoine de 500 000 euros transmis à un conjoint et deux enfants peut facilement être exonéré de droits, du fait des abattements, mais aussi de la fiscalité généreuse des donations et de l’assurance vie... La baisse de l’impôt sur le revenu des employeurs de personnel domestique ne concernera que quelques dizaines de milliers de familles très aisées.

Qui est dupe de l’artifice ? Il y a quelques années, Laurent Fabius pensait que seules les baisses d’impôt pouvaient faire gagner la gauche : les élections lui ont montré que la politique était un art plus difficile que la communication. Pour le président de la République et la majorité, il y a là un message fort à retenir. Le retour du boomerang promet alors d’être violent en 2007, violence proportionnelle à l’écart qui existe entre les discours et les actes. Comment le nouveau président de l’UMP pourra-t-il dire vouloir « une France juste » sans attirer les sarcasmes ?

On aurait tort de s’en réjouir trop vite à gauche. Une minorité rêve d’un grand soir mais oublie de penser à la façon concrète de changer les choses. En même temps, il n’est pas certain que la gauche de gouvernement est capable de proposer une alternative au-delà d’un discours sur la discrimination, concept en vogue qui masque souvent le poids des inégalités sociales. Mais surtout, au-delà de la gauche, c’est tout l’édifice démocratique qui se délite. Comme le disait Jacques Chirac lors de son discours du 17 décembre 2003 : « La persistance, voire l’aggravation des inégalités (...) font mentir le principe d’égalité des chances et menacent de déchirer notre pacte républicain. » En menant une politique inverse à ses discours, il cause des dégâts bien plus profonds que les « affaires » ou autres scandales et, surtout, il prend le risque énorme de déchirer lui-même ce pacte.

Ce point de vue est paru dans Libération du 20 décembre 2004.

Date de rédaction le 5 janvier 2005

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Une médecine de classe

26 juin 2017
La médecine française demeure une médecine de classe. Elle ne soigne pas de la même façon les malades selon leur origine sociale. Un point de vue de Maud Gelly et Laure Pitti, sociologues, extrait de la revue Agone.

Commandez le Rapport sur les inégalités en France

14 juin 2017
L’Observatoire des inégalités publie son second Rapport sur les inégalités en France. Vous pouvez d’ores et déjà le commander en ligne.

Pour défendre l’égalité, les jeunes ont du talent

23 mai 2017
Un mois après l’annonce des équipes lauréates du Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 décerné par l’Observatoire des inégalités, nous vous proposons une sélection de vidéos réalisées dans le cadre de ce concours annuel parce que #LesJeunesOntDuTalent.

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

« Les tensions de notre société naissent dans le refus de voir la situation de domination des catégories aisées ». Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

5 avril 2017
Les diplômés ont-ils pris en otage le discours sur les inégalités au détriment des classes populaires ? Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Slate.fr.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : qui sont les lauréats ?

28 mars 2017
La quatrième cérémonie de remise des prix du concours « Jeunesse pour l’égalité » organisé par l’Observatoire des inégalités s’est déroulée mercredi 22 mars dernier, dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville de Paris. Un lieu hautement symbolique pour les 250 jeunes présents qui ont occupé, quelques heures durant, les sièges des élus parisiens. Découvrez les (...)

Les classes sociales, un outil indispensable pour comprendre les inégalités

21 février 2017
Les inégalités se creusent, et pourtant on oublie de plus en plus souvent la question des classes sociales. Celle-ci est pourtant indispensable si l’on veut comprendre les formes de dominations de notre société. Une analyse du sociologue François Dubet, extraite de la Revue Française de Socio-Economie.

Prendre (enfin) en compte le malaise des classes populaires et moyennes

14 février 2017
Les politiques publiques doivent d’urgence répondre au malaise des classes populaires et moyennes. En agissant sur deux grands leviers : réformer l’école et s’attaquer au poids des hiérarchies dans le monde du travail. Par Valérie Schneider de l’Observatoire des inégalités.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 : la liste des nominés

13 février 2017
L’Observatoire des inégalités publie la liste des nominés pour le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017. Et maintenant, en route pour la remise des prix le 22 mars prochain.

Inégaux face à la pollution : tout commence au travail

20 septembre 2016
Près d’un salarié sur trois respire des fumées ou des poussières ou est en contact avec des produits dangereux pour sa santé sur son lieu de travail. Un sur dix est exposé à au moins un produit cancérogène. Ce sont d’abord les travailleurs des milieux populaires qui subissent ces nuisances. Par Valérie Schneider.

FERMER