Dépenses d’éducation : la France dépense-t-elle vraiment trop ?

28 juin 2013 - Sur 14 pays riches comparables, la France est au dernier rang en matière de dépense par élève au primaire, au 11e rang pour l’enseignement supérieur et au 7e pour le secondaire. Un choix de société. Par Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Sur 14 pays de l’OCDE comparables, la France est au dernier rang en matière de dépense [1] par élève au primaire, au 11e rang pour l’enseignement supérieur et au 7e pour le secondaire (collèges et lycées), comme l’indique le rapport « Regards sur l’éducation 2013 », de l’organisation internationale. Pour comparer le niveau d’investissement scolaire de la France au reste des pays riches, la moyenne de l’ensemble de l’OCDE n’a pas de sens : on met ensemble la France, le Chili, la Turquie ou le Mexique. Nous n’avons donc gardé que les pays les plus peuplés et les plus riches de cet ensemble [2].

Si l’on observe la dépense d’éducation rapportée à la richesse nationale, la France arrive en 9e position sur 14, avec 6,3 % du Pib. C’est beaucoup moins qu’au Danemark (8 %) ou en Norvège (7,6 %), mais l’indicateur est peu significatif. Pour mesurer l’investissement du pays dans le domaine de l’éducation, il faut tenir compte du nombre d’élèves à chaque niveau. On peut tirer trois leçons des chiffres de l’OCDE (voir les tableaux ci-dessous).

D’abord, le constat est désormais largement admis : l’enseignement primaire est très nettement sous doté en France. Notre pays consacre par an deux fois moins à un élève de primaire (6 600 dollars) que la Norvège (12 200). La France est bonne dernière de la liste, notamment parce que les enseignants à ce niveau sont les plus mal payés des pays riches. Dans certains pays, les enseignants disposent de davantage de personnels de soutien, comme c’est d’ailleurs le cas en maternelle en France. La prime de 400 euros qui sera versée par le gouvernement ne changera en rien la situation.

Ensuite, la France arrive en 11e position sur 14 pour les dépenses par élève dans l’enseignement supérieur. Elle ne devance que l’Italie, l’Autriche et l’Espagne. Un étudiant suédois coûte 30 % de plus qu’un étudiant français. Mais les écarts sont énormes en France entre les filières sélectives (IUT, BTS et grandes écoles principalement) et les autres où les étudiants sont entassés en nombre dans des amphithéâtres, ce qui fait baisser la moyenne.

Enfin, contrairement à une idée reçue, la France occupe une place dans la moyenne aussi pour l’enseignement secondaire, au niveau du Royaume-Uni et de la Belgique, mais loin derrière la Norvège ou l’Autriche. Notre pays est moins mal classé, mais reste loin d’avoir surinvesti ce niveau. Nos collégiens et nos lycéens disposent du standard moyen d’études des pays riches.

L’argent ne fera pas le bonheur du système éducatif français. Les élèves français souffrent d’un enseignement peu modernisé depuis les années 1960, très académique et taillé sur mesure pour la culture des élèves de milieux favorisés. Mais le manque de moyens va encore dégrader les choses. Il n’aidera pas à recruter les meilleurs enseignants, à réduire le nombre d’élèves par niveau (du primaire et de l’université notamment), ou à offrir des conditions matérielles d’études dignes de ce nom aux étudiants (campus, bibliothèques, logements, etc.). Du côté des enseignants, l’hypocrisie règne : une évaluation et des exigences limitées, en contrepartie de salaires peu élevés pour un bon nombre [3]. Deux voies s’offrent à notre pays : continuer à investir dans ses services publics en général [4] et la formation en particulier, ou se lancer dans une concurrence perdue d’avance en baissant le coût du travail. Depuis des années, la seconde voie a été choisie et la nouvelle majorité n’y a pas changé grande chose. Le gouvernement va dépenser 20 milliards par an dès l’an prochain dans ce sens, via la mise en place du Crédit d’impôt pour la compétitivité. Une prime aux entreprises considérable : l’ensemble du budget de la recherche et de l’enseignement supérieur vaut 25 milliards, celui de l’enseignement scolaire 64 milliards.

Comparaisons internationales des dépenses publiques : une confusion totale
Les dépenses publiques d’éducation sont-elles trop élevées en France par rapport aux autres pays ? Avec 6,1 % de son Pib en 2011 selon Eurostat, la France dépense plus que l’Allemagne (4,4 %) mais moins que le Royaume-Uni (6,9 %). Les comparaisons qui ne prennent en compte que la sphère publique n’ont pas de sens pour le citoyen car tout est histoire de tuyaux. Les dépenses d’enseignement supérieur aux Etats-Unis par exemple ne sont pas comptabilisées, mais les familles doivent bien payer l’université. La réponse aux besoins est simplement plus inégalitaire entre ceux qui ont les moyens et les autres. Il faut par ailleurs prendre en compte la démographie : la France dépense plus dans l’enseignement secondaire, parce que sa fécondité est plus élevée et que la reprise a été forte à partir du milieu des années 1990.
Dépense par élève au primaire dans les pays de l'OCDE
Unité : en dollars de parité de pouvoir d'achat

Norvège12 255
Etats-Unis11 193
Danemark10 935
Autriche10 244
Suède9 987
Royaume-Uni9 396
Canada8 933
Belgique8 852
Japon8 353
Italie8 296
Pays-Bas7 954
Finlande7 624
Espagne7 291
France6 622
OCDE7 974

Source : OCDE, Regards sur l'éducation, édition 2013 - Données 2010
Dépense par élève au secondaire dans les pays de l'OCDE
Unité : en dollars de parité de pouvoir d'achat

Norvège13 852
Autriche12 551
Etats-Unis12 464
Pays-Bas11 838
Danemark11 747
Belgique11 004
France10 877
Royaume-Uni10 452
Suède10 185
Japon9 957
Espagne9 608
Finlande9 162
Canada8 997
Italie8 607
OCDE9 014

Source : OCDE, Regards sur l'éducation, édition 2013 - Données 2010
Dépense par élève au supérieur dans les pays de l'OCDE
Unité : en dollars de parité de pouvoir d'achat

Etats-Unis25 576
Canada22 475
Suède19 562
Danemark18 977
Norvège18 512
Pays-Bas17 161
Finlande16 714
Japon16 015
Royaume-Uni15 862
Belgique15 179
France15 067
Autriche15 007
Espagne13 373
Italie9 580
OCDE13 528

Source : OCDE, Regards sur l'éducation, édition 2013 - Données 2010

Photo : © WavebreakmediaMicro - Fotolia

Notes

[1Tous types de dépenses confondues, publiques mais aussi privées, car c’est bien ce qui compte pour les ménages.

[2La liste est discutable, mais en ajouter un ou deux ne changerait en rien les résultats

[3Même si les écarts sont élevés au sein de la profession entre notamment les professeurs des écoles et les agrégés du secondaire

[4Ce qui n’empêche pas d’en améliorer la qualité et de réaliser des économies

Date de rédaction le 28 juin 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Rapport sur les inégalités en France : l’édition 2017 est disponible

26 juin 2017
L’Observatoire des inégalités publie son second Rapport sur les inégalités en France. Un état des lieux complet, disponible en commande sur notre site.

Inégalités : une hypocrisie française

30 mai 2017
Les inégalités de revenus progressent parce que les plus favorisés en veulent toujours plus. Soit on assume le phénomène, soit on se donne les moyens d’une plus grande solidarité. Par Anne Brunner et Louis Maurin de l’Observatoire des inégalités. Extrait du « Rapport sur les inégalités en France, édition 2017 ».

Pour défendre l’égalité, les jeunes ont du talent

23 mai 2017
Un mois après l’annonce des équipes lauréates du Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 décerné par l’Observatoire des inégalités, nous vous proposons une sélection de vidéos réalisées dans le cadre de ce concours annuel parce que #LesJeunesOntDuTalent.

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

Pour réduire les inégalités à l’école, il faut repenser le rapport au savoir

13 avril 2017
Pour sortir du débat stérile entre les conservateurs et les pédagogues en matière d’inégalités scolaires, il faut s’intéresser à la façon dont le rapport au savoir se construit à l’école. Par Alain Beitone et Raphaël Pradeau, professeurs de sciences économiques et sociales.

« Les tensions de notre société naissent dans le refus de voir la situation de domination des catégories aisées ». Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

5 avril 2017
Les diplômés ont-ils pris en otage le discours sur les inégalités au détriment des classes populaires ? Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Slate.fr.

Il faut bousculer l’ordre établi

31 mars 2017
Interdire le cumul des mandats, lutter réellement contre l’évasion fiscale, supprimer les grandes écoles : des actes symboliques forts qui mettraient à mal l’entre-soi des plus riches. Par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues, directeurs de recherche au CNRS. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? (...)

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : qui sont les lauréats ?

28 mars 2017
La quatrième cérémonie de remise des prix du concours « Jeunesse pour l’égalité » organisé par l’Observatoire des inégalités s’est déroulée mercredi 22 mars dernier, dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville de Paris. Un lieu hautement symbolique pour les 250 jeunes présents qui ont occupé, quelques heures durant, les sièges des élus parisiens. Découvrez les (...)

Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 : la liste des nominés

13 février 2017
L’Observatoire des inégalités publie la liste des nominés pour le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017. Et maintenant, en route pour la remise des prix le 22 mars prochain.

Une formation unique en France pour comprendre les inégalités

31 janvier 2017
Le 30 mars prochain, l’Observatoire des inégalités organise une formation unique en France sur la question des inégalités. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale de notre pays.

FERMER