Pauvreté et inégalités : des contrastes marqués entre territoires

18 juin 2013 - Pauvreté et inégalités frappent de façon très variable les territoires, comme l’indiquent un grand nombre d’études réalisées par les délégations régionales de l’Insee. Des documents peu médiatisés, mais qui apportent souvent un éclairage inédit. Le panorama est dressé par Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités et consultant au Compas. Extrait du Centre d’observation de la société.


Au sein des régions, les départements offrent des portraits très contrastés, c’est le cas par exemple en Picardie où l’Oise est plutôt favorisée, alors que l’Aisne l’est beaucoup moins. Au sein des départements, les villes et en particulier les quartiers des grandes agglomérations sont dans la même configuration. C’est le cas dans la région Centre (plutôt plus riche que la moyenne) où le quartier Saint-Jean de Châteauroux dispose d’un niveau de vie   médian   trois fois inférieur à celui de la région. L’Oise est un département favorisé, mais la ville de Creil est particulièrement marquée par la pauvreté. Enfin, villes et campagnes ne sont pas confrontées aux mêmes inégalités et aux mêmes formes de pauvreté, le monde rural étant moins touché par la crise actuelle, même si là aussi les contrastes y sont marqués.

L’Insee note les difficultés sociales particulières que rencontrent les quartiers dits de la « politique de la ville » dans une période de crise de l’emploi, mais que celles-ci débordent aussi dans des territoires non étiquetés comme en difficulté, comme c’est le cas par exemple dans l’agglomération caennaise. Au sein même des quartiers prioritaires, les écarts peuvent être importants.

Synthèses par région  [1]

« La crise économique accroît les inégalités », indique une courte note de l’Insee Basse-Normandie (mai 2013). Le taux de pauvreté y est plus faible que la moyenne nationale, mais le niveau de vie médian augmente moins vite et la croissance des inégalités y est plus forte. Alors que le décile le plus faible a baissé de 0,5 % entre 2008 et 2010, le plus élevé a progressé de 2,8 %. L’Insee souligne que les niveaux de vie   continuent à augmenter en milieu rural, alors que la diminution est très forte pour les plus pauvres vivant en ville (-5 % entre 2008 et 2010). « L’indicateur de croissance des inégalités explose », note l’Insee. Une étude sur les quartiers de la politique de la ville dans l’agglomération caennaise(décembre 2012) souligne que certains quartiers hors du zonage officiel d’intervention publique rencontrent des difficultés.


Le taux de pauvreté est de 12,4 % (données 2010) en région Centre, l’un des plus bas des régions françaises, indique l’Insee Centre dans une courte note (mai 2013). L’Indre apparaît comme le département de la région où le taux de pauvreté est le plus élevé (14,7 %) alors que l’Eure-et-Loir est beaucoup mieux situé (11,3 %). Quand on y regarde de plus près, certains territoires connaissent une situation bien plus dégradée. Le revenu médian pour une personne est de 10 900 euros dans les quartiers de la politique de la ville de la région Centre, contre 18 400 euros pour l’ensemble du territoire, indique une étude sur ces 77 quartiers défavorisés (mai 2013) qui rassemblent 194 000 habitants soit 7,6 % de la population de la région. Le quart des quartiers les plus pauvres parmi les quartiers de la politique de la ville de la région sont, avec un revenu médian de 8 700 euros, parmi les plus démunis de France. Dans le quartier Saint-Jean à Châteauroux, le revenu médian s’élève à 6 500 euros, trois fois moins que la moyenne régionale. Les sept plus grands quartiers concentrent un tiers de la population des quartiers prioritaires. A Dreux, plus de la moitié de la population vit dans un quartier de la politique de la ville. L’Insee souligne que la crise frappe de façon différente les quartiers : certains s’appauvrissent (le Sanitas à Tours), d’autres voient leurs revenus augmenter, comme Plateau-Est à Dreux, notamment sous l’effet de programmes de réhabilitations.


Les niveaux de vie des Picto-Charentais sont inférieurs à la moyenne nationale, souligne une étude de l’Insee Poitou-Charentes (mars 2013). La région se place au 16e rang sur 22 (données 2010). Mais les inégalités sont aussi moins importantes : le rapport interdécile   se situe à 3,2 contre 3,5 en moyenne nationale, essentiellement parce que les 10 % les plus riches y ont un niveau de vie inférieur aux 10 % les plus riches du pays. Le taux de pauvreté au seuil de 60 %, 14,3 %, est légèrement supérieur à la moyenne nationale (14,1 %). C’est en Charente que la pauvreté est la plus forte (15,5 %) et dans les Deux-Sèvres (13,3 %) qu’il est le plus faible.


L’Insee Midi-Pyrénées souligne la situation difficile des quartiers prioritaires, en particulier de 14 zones urbaines sensibles qui font l’objet « d’un grand décrochage », selon l’Insee (février 2013). L’Institut propose un tableau de bord de la précarité (avril 2013) et notamment des cartes de la précarité urbaine. Dans une étude antérieure, l’Insee avait montré l’importance des écarts à l’intérieur des villes-centres et en particulier à Toulouse (novembre 2011).


La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la quatrième région française par le niveau de pauvreté, qui touche 15,7 % de la population (donnée 2009 au seuil de 60 % publiées en juillet 2012). L’intensité de la pauvreté y est forte souligne l’Insee Paca : la moitié des personnes pauvres vivent avec 758 euros par mois (équivalent pour un individu seul), soit 200 euros de moins que le seuil de pauvreté. Un habitant sur cinq réside dans un quartier prioritaire contre un sur huit en France métropolitaine, selon une étude de décembre 2012. L’Insee note aussi les écarts entre quartiers de la politique de la ville : la région rassemble à la fois les quartiers parmi les plus pauvres du pays (au nord de Marseille notamment) et des quartiers de la politique de la ville beaucoup moins en difficulté.


Dans un document de travail (juillet 2012), l’Insee Auvergne dresse un état des lieux de la situation du territoire comparée au niveau national. La région est parmi les quatre plus pauvres selon le revenu médian. Le Puy-de-Dôme se situe autour de la moyenne nationale en matière de taux de pauvreté (12,7 %), mais le taux atteint 17 % dans le Cantal. Une pauvreté souvent rurale, liée à la présence de personnes âgées isolées. Comme le note l’Insee, l’Auvergne est la région où la pauvreté des personnes seules est la plus élevée. Dans le Cantal, le taux de pauvreté des 65 ans et plus atteint 19 %, contre 9,5 % en moyenne en France métropolitaine.


La Picardie, elle aussi région pauvre, offre un visage différent, selon une note de l’Insee Picardie (juillet 2012). Les écarts y sont considérables entre l’Oise, avec un taux de pauvreté de 11,5 %, et l’Aisne, où celui-ci atteint 17,1 % (données 2009). La pauvreté se concentre dans les villes : les ménages ruraux disposent en moyenne de revenus supérieurs de 1 500 euros annuels à ceux des villes. Le taux de pauvreté est de 10,6 % dans les campagnes picardes, contre 17 % dans les villes.


Un constat partagé par l’Insee Lorraine qui note que la pauvreté se concentre dans les milieux urbains en Meurthe-et-Moselle (juillet 2012). La part des allocataires de la Caf à bas revenus est deux fois moins importante en milieu périurbain que dans les grandes villes ou dans l’espace rural. C’est autour de Nancy et de sa couronne que la part de bas revenus est la plus importante. Et le type d’habitat (maisons individuelles, logements sociaux, parc privé, etc.) joue un grand rôle : « La ségrégation s’effectue au niveau des logements. A chaque type de logement correspond un revenu de la population », écrit l’Insee Lorraine.


L’Insee France Comté (mars 2013) propose des cartes illustrant les disparités de revenus dans les 15 plus grandes villes de la région qui permettent une lecture très fine des inégalités. Malheureusement sans commentaire. La région propose aussi une note sur les disparités sociales à Belfort et Montbéliard (décembre 2011).


Extrait du Centre d’observation de la société.

Pour aller plus loin :

Photo / © Matti - Fotolia.com

Notes

[1Cette liste n’est pas exhaustive. Nous ne citons que les principales et les plus récentes.

Date de rédaction le 18 juin 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Inégalités : le débat n’a toujours pas eu lieu

23 mai 2017
Le sentiment d’injustice croît dans notre pays. Pourtant, le débat politique ne peut se résumer à l’alternative proposée par les deux finalistes de l’élection présidentielle : protection identitaire dans un camp, libéralisme individualiste dans l’autre. Le point de vue de Patrick Savidan, professeur de philosophie politique et président de l’Observatoire des inégalités. Extrait du quotidien (...)

Grandes villes, le cœur des inégalités

16 mai 2017
Les zones rurales isolées affichent le niveau de vie le plus faible. Mais c’est dans les villes-centres que les inégalités de revenus sont les plus fortes. La grande richesse de quelques quartiers favorisés y côtoie l’extrême pauvreté.

Sans une politique de cohésion sociale, aucune réforme fiscale ne sera acceptée

28 avril 2017
Le consentement à l’impôt s’érode en France, non pas tant en raison du niveau de taxation que du sentiment de « payer pour les autres » engendré par la complexité du système, estime Raul Sampognaro, économiste à l’OFCE. Extrait du quotidien Le Monde.

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

Soutenez le deuxième rapport sur les inégalités en France

11 avril 2017
Premier objectif atteint : nous avons réuni la somme de 10 000 euros, merci à tous ceux qui ont contribué. Deuxième objectif : 15 000 euros. Pour nous permettre d’augmenter la diffusion du rapport et de réaliser des infographies sur les principaux indicateurs. Nous comptons sur vous.

« Les tensions de notre société naissent dans le refus de voir la situation de domination des catégories aisées ». Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

5 avril 2017
Les diplômés ont-ils pris en otage le discours sur les inégalités au détriment des classes populaires ? Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Slate.fr.

Il faut bousculer l’ordre établi

31 mars 2017
Interdire le cumul des mandats, lutter réellement contre l’évasion fiscale, supprimer les grandes écoles : des actes symboliques forts qui mettraient à mal l’entre-soi des plus riches. Par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues, directeurs de recherche au CNRS. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? (...)

Combien gagnent les très riches ?

31 mars 2017
2,7 millions de personnes gagnent plus de 61 000 euros par an en France. Ces 10 % les plus riches reçoivent, à eux seuls, une masse de revenus 1,4 fois plus importante que les 50 % du bas de la pyramide.

Dépenses publiques : les Français ne dépensent pas plus que les autres

8 février 2017
Comparer le niveau des dépenses publiques selon les pays n’a aucun sens si l’on ne prend pas en compte ce qu’elles financent. Au final, les contribuables français ne paient pas plus que les autres. Un point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du quotidien Le Monde.

Une formation unique en France pour comprendre les inégalités

31 janvier 2017
Le 30 mars prochain, l’Observatoire des inégalités organise une formation unique en France sur la question des inégalités. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale de notre pays.

FERMER