Obésité et milieux sociaux

24 avril 2013 - Deux fois plus d’adultes obèses chez les artisans, commerçants, agriculteurs, ouvriers et employés que chez les cadres supérieurs. L’obésité ne touche pas de la même façon les catégories sociales.


L’obésité [1] est près de deux fois plus répandue dans les catégories les moins favorisées (16,7 % chez les ouvriers, 16,2 % chez les employés) que dans les catégories plus aisées (8,7 % chez les cadres supérieurs), selon l’étude ObEpi « Enquête épidémiologique nationale sur le surpoids et l’obésité 2012 » [2].

Entre 2000 et 2012, la part des adultes de plus de 18 ans obèses a progressé de 4,9 points, passant de 10,1 à 15 %, soit près de 7 millions de personnes touchées en 2012. L’augmentation de la prévalence [3] a touché toutes les catégories de revenus ou d’éducation même si elle a été moins forte dans les catégories supérieures. En 2012, comme en 2000, d’importantes différences de prévalence entre catégories socioprofessionnelles persistent. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces écarts.
Le revenu est un facteur important. Près d’un adulte sur deux (48,4 %) touché par l’obésité, vit au sein d’un foyer aux revenus inférieurs à 1 200 euros contre 7 % de ceux qui ont un revenu mensuel supérieur à 5 300 euros.
Le niveau de diplôme participe fortement dans la détermination des pratiques alimentaires. Selon l’étude ObEpi, le taux d’obésité est trois fois plus élevé chez les personnes d’un niveau d’instruction équivalent à celui de l’école primaire (24,5 %) que chez les diplômés d’un 3ème cycle d’études supérieures (7,3 %). Selon une étude [4] du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), « les plus diplômés sont ceux qui ont l’alimentation la plus saine (plus de fruits et légumes, des apports plus élevés en nutriments [5] des meilleurs indices alimentaires…) parce que ce sont ceux qui s’intéressent le plus aux liens entre nutrition et santé ».
L’étude ObEpi aborde, pour la première fois, les facteurs de risques associés à l’obésité : par exemple, les personnes en situation de surpoids sont 2,3 fois plus nombreuses à être traitées pour de l’hypertension que les sujets dont l’IMC est inférieur ou égal à 25 kg/m². Quant aux personnes obèses, elles le sont 3, 6 fois plus.


Part de la population adulte obèse
Selon la catégorie sociale
Unité : %
2000
2012
Ecart
Art., commer.13,317,23,9
Agric.10,316,76,4
Ouvriers10,116,76,6
Employés8,816,27,4
Prof. interm.8,211,83,6
Cadres sup.7,48,71,3
Retraités13,818,95,1
Inactifs8,211,83,6
Total10,115,04,9
Les résultats présentés concernent 25 714 individus de plus de 18 ans.
Source : Enquête Obépi-Roche - Données 2012 - © Observatoire des inégalités , 20 000 foyers représentatifs de la population française excluant les sujets vivant en institution, en foyer, en résidence, en communauté ou sans domicile fixe, interrogés de janvier à mars 2012.

Part de la population adulte obèse
Selon le revenu mensuel net du foyer
Unité : %
2000
2012
Ecart
Moins de 900 euros13,525,612,1
De 900 à 1 200 euros14,522,88,3
De 1 201 à 1 500 euros12,519,46,9
De 1 501 à 1 900 euros11,118,87,7
De 1 901 à 2 300 euros9,416,26,8
de 2 301 à 2 700 euros8,216,17,9
De 2 701 à 3 000 euros8,115,37,2
De 3 001 à 3 800 euros7,211,94,7
De 3 801 à 5 300 euros6,68,82,2
5 301 euros et plus6,97,00,1
Total10,115,04,9
Les résultats présentés concernent 25 714 individus de plus de 18 ans
Source : Enquête Obépi-Roche - Données 2012 - © Observatoire des inégalités, Janvier à mars 2012 20 000 foyers représentatifs de la population française excluant les sujets vivant en institution, en foyer, en résidence en communauté ou sans domicile fixe

Obésité et société :

Au même titre que les vêtements que l’on porte ou son adresse, l’obésité est associée aux personnes modestes. En caricaturant à peine, être obèse, c’est être pauvre… On montre facilement du doigt des catégories populaires aux pratiques à risques par rapport à la norme des catégories aisées. A partir de là, les préjugés vont bon train : incapables de se discipliner vis-à-vis de leur alimentation ou de leur activité physique, les personnes obèses sont considérées comme moins instruites, indifférentes à leur physique et surtout responsables de leur état. Il ne faut pas oublier de s’interroger sur les normes véhiculées par notre société : à quel moment s’agit-il effectivement d’un problème de santé et quand mesure-t-on l’écart à un idéal de minceur véhiculé par les catégories les plus favorisées ? Selon les époques, les pays et les milieux sociaux, la notion de surpoids n’est pas toujours identique. Enfin, il ne faut pas oublier les facteurs génétiques de l’obésité.

Photo / © a2bb5s - Fotolia.com

Notes

[1L’obésité est déterminée en fonction de l’« indice de masse corporelle » (IMC), rapport entre le poids et la taille (élevée au carré). On parle d’obésité quand l’IMC dépasse 30 kg/m2 et de surpoids quand cet indicateur est compris entre 25 kg/m2 et 30 kg/m2.

[2ObEpi : depuis 15 ans, à l’initiative du Laboratoire pharmaceutique Roche, l’enquête nationale ObEpi, réalisée par Kantar-Health (société mondiale de consulting et d’études de marché spécialisée dans le domaine de la santé) en collaboration avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, analyse tous les trois ans la prévalence du surpoids et de l’obésité en France. Les données ObEpi constituent une source unique d’informations sur la situation française de l’obésité et du surpoids et leur évolution depuis 1997.

[3Prévalence : la prévalence d’une maladie dans une population est la probabilité qu’un individu tiré au hasard ait cette maladie. Autrement dit, c’est la proportion d’individus de la population, généralement donnée en pourcentage, qui a cette maladie (définition Insee).

[4Les populations modestes ont-elles une alimentation déséquilibrée ? F. Recours - P. Hébel n° C232 - décembre 2006

[5Substances procurées par l’alimentation une fois la digestion faite. Ce sont les glucides, les protéines, les lipides, les vitamines, les minéraux et l’eau.

Date de rédaction le 24 avril 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Santé bucco-dentaire des jeunes : le poids de l’origine sociale

15 mars 2016
53 % d’enfants d’ouvriers ont des dents cariées en classe de CM2, contre 26 % d’enfants de cadres supérieurs. Le milieu social d’origine joue un rôle important en matière de santé bucco-dentaire.

Les inégalités d’espérance de vie entre les catégories sociales se maintiennent

23 février 2016
A 35 ans, un homme cadre supérieur a une espérance de vie de 49 ans, un ouvrier, de 42 ans, soit six ans d’écart. Chez les femmes, la différence est deux fois moindre.

L’obésité chez les jeunes : le poids du milieu social

6 octobre 2015
Un enfant de grande section de maternelle fils d’ouvrier a 4,5 fois plus de risque d’être obèse qu’un enfant de cadre supérieur. En classe de CM2 cette proportion est de 0,8 % chez les enfants de cadres, contre 7 % chez les enfants d’ouvriers.

Espérance de vie : avantage aux femmes

21 août 2015
En France, les femmes vivent toujours plus longtemps que les hommes. Mais depuis les années 1990, l’écart se resserre, notamment en matière d’espérance de vie en bonne santé.

L’inégal accès à la complémentaire santé

16 septembre 2014
11 % des ménages les plus modestes ne sont pas couverts par une complémentaire santé, contre 2 % des plus aisés.

2,2 millions de salariés exposés à un produit cancérigène

7 janvier 2014
10 % des salariés sont exposés à un produit cancérigène. C’est le cas de 28 % des ouvriers qualifiés contre 2,3 % des cadres supérieurs. Une population aussi plus souvent masculine.

L’exposition aux maladies professionnelles

10 novembre 2010
Le risque de se voir reconnaître une maladie professionnelle est 37 fois plus élevé pour un ouvrier que pour un cadre. Les femmes ouvrières ont un risque six fois supérieur à la moyenne de souffrir de troubles musculo-squelettiques.

Mesure des discriminations à l’accès aux soins par testing

3 septembre 2009
Des opérations de testing montrent que les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) subissent des discriminations de la part de médecins, surtout des spécialistes, qui refusent de les recevoir.

Cigarette : les inégalités s’accroissent entre les milieux sociaux

19 décembre 2004
48,5 % des ouvriers fument contre 23,8 % des cadres...

FERMER