Pouvoir économique en Suède et inégalités des sexes

11 janvier 2012 - Même dans un pays parmi les plus égalitaires, la Suède, des inégalités entre les sexes subsistent au sein du monde du travail. Une étude extraite de Informations sociales.


Souvent présentée comme un eldorado de l’égalité entre les sexes, la Suède présente pourtant une situation contrastée : une forte féminisation de la sphère politique et une absence des femmes aux postes de direction des entreprises. Elles sont également plutôt cantonnées dans des métiers peu rémunérateurs et occupent plus souvent des emplois précaires. Comme dans bien d’autres pays, la prise en charge de la vie familiale et ses contraintes apparaissent comme une attribution spécifiquement féminine.

L’échec de la Suède dans l’avancement vers plus d’égalité pour les femmes dans le domaine économique, en comparaison avec la réussite de celles-ci dans la vie politique suédoise, est souvent mis en avant. La différence entre la très grande visibilité de femmes aux plus hauts postes politiques et leur quasi absence des sphères dirigeantes des entreprises est flagrante. Alors que tous les gouvernements suédois, entre 1994 et 2006, ont été strictement paritaires, on trouvait, en 2007, seulement deux femmes présidentes de conseil d’administration de compagnies cotées à la bourse de Stockholm, contre 289 hommes. Or la Suède serait, selon l’organisation non gouvernementale SocialWatch, le pays où les différences entre les hommes et les femmes sur le marché du travail sont les plus petites. L’« échec » suédois quant à l’égalité économique est donc tout relatif, et apparaît surtout en comparaison avec la vie politique.

Par pouvoir économique, on entendra ici trois choses : la possibilité de gagner sa vie sur le marché du travail ; ensuite la participation aux décisions et à la gestion au sein des grandes entreprises, dans les finances et sur les marchés des capitaux ; et finalement la possibilité de réunir un capital et de le faire fructifier. Le pouvoir économique réside alors dans le fait de posséder une entreprise. Quel que soit l’aspect du pouvoir économique que nous abordons, les femmes n’y sont pas sur un pied d’égalité avec les hommes. Elles gagnent moins, elles ont moins de capitaux, elles fondent moins d’entreprises et elles sont moins souvent président-directeur général ou membre du conseil d’administration d’une grande entreprise que les hommes. C’est pourquoi il conviendrait de parler de l’inégalité des sexes face aux « réalités économiques ».

Dans cet article, nous allons aborder l’inégalité économique des femmes par
rapport aux hommes sur le marché du travail, dans les sphères de décision et
face à la création d’entreprises. Cela veut dire que nous laissons de côté d’autres aspects très importants de l’inégalité comme les retraites, l’épargne ou encore le patrimoine, qui méritent une étude plus complète.

Pour lire l’intégralité de l’article de Elisabeth Elgàn, « Pouvoir économique en Suède et inégalités des sexes », paru dans Informations sociales n° 151, Cnaf, 2009, cliquer sur le lien ci-dessous.

PDF - 175.8 ko
Pouvoir économique en Suède et inégalités entre les sexes

Date de rédaction le 11 janvier 2012

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 : la liste des nominés

13 février 2017
L’Observatoire des inégalités publie la liste des nominés pour le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017. Et maintenant, en route pour la remise des prix le 22 mars prochain.

Une formation unique en France pour comprendre les inégalités

31 janvier 2017
Le 30 mars prochain, l’Observatoire des inégalités organise une formation unique en France sur la question des inégalités. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale de notre pays.

Les inégalités entre les femmes et les hommes en France

17 janvier 2017
Où en est-on des inégalités entre les femmes et les hommes ? L’Observatoire des inégalités présente son tableau de bord.

Portrait social des familles monoparentales

13 décembre 2016
Le nombre de familles monoparentales a doublé durant ces vingt dernières années, de 950 000 en 1990 à 1,8 million en 2013. Qui sont ces familles ? Quelle est leur situation au regard de la pauvreté, de l’emploi ou encore du logement ? Leur portrait social, par Valérie Schneider.

Femmes : existe-t-il un « plafond de mère » ?

17 novembre 2016
Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes sont présentes dès le début de carrière. Statut parental, temps partiel, professions féminisées creusent les écarts au fil du temps. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

Participe au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2016-2017 ! « Tous égaux ? »

12 septembre 2016
À vos caméras, appareils photo, téléphones, ordinateurs… ! L’Observatoire des inégalités lance la quatrième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité », un concours de communication visuelle ouvert aux jeunes de 11 à 25 ans sur le thème « Tous égaux ? ».

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

19 août 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

La rupture conjugale, une épreuve économique pour les femmes

17 mai 2016
300 000 couples se séparent chaque année, dont la moitié ont des enfants mineurs à charge. Ces ruptures entraînent une baisse du niveau de vie, qui touche d’abord les femmes. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

L’égalité peut aussi être justifiée par d’autres arguments que la seule égalité

8 mars 2016
Si, en plus d’être une fin en soi, l’égalité est « bonne pour » atteindre certains objectifs associés à des biens communs, cela nous donne des arguments au service de l’égalité et convaincre de nouveaux alliés. Jean Gadrey, économiste, répond au point de vue de Réjane Sénac publié sur notre site.

Inégalités femmes-hommes : précarité et parité font bon ménage

3 mars 2016
Le mouvement de lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes néglige trop souvent la question des inégalités sociales. Il faut défendre la parité, tout en luttant contre la précarité. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

FERMER