Revenus, niveau de vie, patrimoine



Comment évoluent les très hauts revenus en France

2 octobre 2014 - Les 0,01 % les plus riches ont gagné 243 000 euros de revenus annuels supplémentaires entre 2004 et 2011. Un gain équivalent à dix huit années de Smic.


L’évolution des hauts revenus à court terme

Entre 2004 et 2011, le seuil d’entrée parmi les 0,01 % aux revenus les plus élevés [1] s’est accru de 42,8 %, soit 243 000 euros (données avant impôts), passant de 567 700 à 810 700 euros (inflation déduite, en euros de 2011). Cette augmentation est équivalente à dix huit années de Smic. Le niveau minimum des 1 % les plus riches a progressé de 9 800 euros, soit une augmentation de 11,8 % alors que le revenu médian   a gagné 1 400 euros supplémentaires au cours de ces sept années (+ 7,7 %).

La part des revenus détenue par les plus aisés est passée, entre 2004 et 2011, de 1,7 % à 2,1 % pour les 0,1 % les plus riches, de 4,6 % à 4,8 % pour les 0,9 % les plus riches et a diminué de 73 % à 72,6 % pour le reste de la population.


Evolution des hauts revenus entre 2004 et 2011
Revenus annuels déclarés par personne
Unité : en euros de 2011*
2004 (en euros)
2011 (en euros)
Var. en %
Var. en euros
Les 50 % des personnes les plus riches gagnent au moins18 10019 500+ 7,7+ 1 400
Hausse des plus hauts revenus
Les 10 % les plus riches gagnent au moins36 60039 200+ 7,1+ 2 600
Les 1 % les plus riches83 20093 000+ 11,8+ 9 800
Les 0,1 % les plus riches207 600256 000+ 23,3+ 48 400
Les 0,01 % les plus riches567 700810 700+ 42,8+ 243 000
Ces revenus ne prennent pas en compte les impôts et les prestations sociales. *(inflation déduite).
Source : Insee - © Observatoire des inégalités, France métropolitaine - Personnes appartenant à des ménages fiscaux dont les revenus déclarés sont strictement positifs

Quel impact de la crise à partir de 2008 ?

Les revenus des plus aisés dépendent pour beaucoup des rendements de capitaux placés sur des marchés financiers, fortement volatils à court terme. Mais le krach de 2008 (les cours de la bourse ont en moyenne été divisés par deux) a vite été oublié. Entre 2008 et 2011, le seuil des 0,01 % les plus riches a augmenté de 50 500 euros, soit + 6 %. De son côté, le revenu médian   par personne s’est élevé de 2,6 %, soit 500 euros.


Evolution des hauts revenus entre 2008 et 2011
Unité : en euros de 2011*
2008
2011
Gain en %
Gain en euros
Les 50 % des personnes les plus riches gagnent au moins19 00019 5002,6500
Les 10 % les plus riches gagnent au moins38 50039 2001,8700
Les 1 % les plus riches........91 60093 0001 51 400
Les 0,1 % les plus riches........248 400256 0003 17 600
Les 0,01 % les plus riches........760 200810 7006 650 500
Ces revenus ne prennent pas en compte les impôts et les prestations sociales. *(inflation déduite).
Source : Insee, France métropolitaine - Personnes appartenant à des ménages fiscaux dont les revenus déclarés sont strictement positifs

L’évolution des hauts revenus à long terme

Après une forte baisse entre les années 1960 et 1980, la part du revenu national détenue par les 1 % les plus riches a fortement augmenté. Elle est passée de 7 % en 1981 à 9 % en 2006. Mais le krach boursier de 2008-2009 l’a fait diminuer à 8 %. Il s’agit des dernières données disponibles. Depuis cette date, les éléments dont on dispose sur les hauts revenus (salaires et revenus financiers) laisse penser que cette part est très probablement revenue à son niveau d’avant le krach.


L’évolution des très hauts salaires

Entre 1996 et 2008, la part dans la masse salariale des 1 % des salariés à temps complet touchant la rémunération la plus élevée au sein du secteur privé et des entreprises publiques est passée de 5,5 % à 6,9 %. Elle est de 6,6 % en 2011. Les salaires perçus en moyenne par les 1 % des salariés les mieux rémunérés ont augmenté beaucoup plus rapidement que ceux des autres salariés.

Selon l’Insee, les 1 % des salariés à temps complet les mieux rémunérés ont touché un salaire net de 93 800 euros minimum en 2011. Les 10 % des salariés les mieux rémunérés percevaient un salaire minimum de 40 802 euros (deux fois moins), tandis que le salaire net moyen de l’ensemble des salariés du privé et des entreprises publiques s’élevait à 25 560 euros (quatre fois moins) [2].


Des très riches de plus en plus nombreux [3]

Un peu plus de six millions de personnes (10 % de la population) vivent dans un ménage où le revenu par unité de consommation   est au minimum de 39 200 euros déclarés par an, ce qui correspond à 3 200 euros par mois pour un célibataire et 4 800 euros pour un couple. 610 000 individus (1 % de la population) disposent de plus de 93 000 euros (7 750 euros mensuels pour un célibataire, 11 600 euros pour un couple). 15 900 personnes (environ 0,03% de la population) peuvent compter sur plus de 500 000 euros. Le nombre de ces derniers a été multiplié par deux depuis 2004.

Combien sont les très riches ?
Revenu annuel déclaré par unité de consommation
en euros
Nombre de personnes par niveau de revenus déclarés, enfants compris
Part de la population
en %
39 2006 100 00010,0
93 000610 0001,0
256 00061 0000,1
500 00015 9000,03*
810 7006 1000,01
* Estimation
Source : Centre d'observation de la société, d'après l'Insee - 2011

Comment évolue leur nombre ?

Le ralentissement de l’activité économique depuis 2002, accentué à partir de 2008, n’a pas empêché l’envol du nombre de personnes très aisées. La crise financière de 2008-2009 a interrompu brièvement la progression, mais elle n’y a pas changé grand chose.

Le nombre de ceux qui déclarent au moins 500 000 euros par an et par unité de consommation [4] a été multiplié par 2,1 entre 2004 et 2011, passant de 7 500 à près de 16 000 personnes. Le nombre de ceux qui se situent au-delà de 100 000 euros a lui augmenté de 45 %, de 353 à 514 00 personnes. Pendant la crise, plus de 160 000 personnes ont intégré ce dernier ensemble.



Avertissement : ces données portent sur des revenus déclarés hors prestations sociales et impôts, ce qui tend à exagérer les écarts de niveaux de vie   réels. Il s’agit du revenu déclaré par unité de consommation du ménage.

Pour en savoir plus :

Photo / © Gina Sanders - Fotolia.com

Notes

[199,99 % de la population gagne moins. Données avant impôts.

[2Voir « Les revenus et le patrimoine des ménages » - Insee Références - Édition 2014.

[4Soit 500 000 euros pour une personne seule, 750 000 euros pour un couple sans enfants, 1 050 000 pour un couple avec deux jeunes enfants par exemple.

Date de rédaction le 17 juillet 2014

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les hauts revenus du show-biz et du sport en France et dans le monde

20 avril 2016
Les revenus annuels du show-biz et du sport représentent pour certains près de 1 140 années de Smic en France, 15 000 années aux Etats-Unis.

Les revenus démesurés des grands patrons et des cadres dirigeants

30 mars 2016
Les patrons les mieux rémunérés de France touchent entre 600 et 1 120 années de Smic par an. Et encore, sans tenir compte de tous leurs avantages.

Les très hauts revenus des non-salariés

13 juillet 2010
Les non-salariés les plus aisés du secteur privé gagnent cinq fois plus que l’ensemble des salariés.

FERMER