Baisse de l’impôt de solidarité sur la fortune : qui va y gagner ?

31 mai 2011 - La baisse des taux de l’impôt sur la fortune (ISF) réduit par quatre l’impôt des plus fortunés pour un coût total de 1,8 milliard d’euros, l’équivalent du financement de 70 000 emplois dans les services publics. Une analyse de Noam Leandri de l’Observatoire des inégalités.


Aujourd’hui : qui paie l’impôt de solidarité sur la fortune ?

L’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est un impôt sur le patrimoine [1]. Il touche les personnes dont la fortune dépasse 800 000 euros, soit près de 600 000 contribuables. De nombreux biens habituellement considérés comme faisant partie du patrimoine ne sont pas taxés, comme les œuvres d’art ou les biens professionnels. Un abattement de 30 % est appliqué pour la résidence principale : il faut donc que la valeur de cette dernière dépasse 1,14 million [2] pour être imposée à l’ISF.

La moitié des contribuables assujettis à l’ISF ont un patrimoine situé entre 0,8 et 1,3 million d’euros. Du fait de la hausse des prix de l’immobilier, le nombre de redevables a presque triplé en 10 ans. Mais ce n’est pas le seul facteur : les actifs financiers (actions, obligations) ont eux aussi augmenté en dépit de la crise financière [3].

L’ISF est un impôt dit « progressif » : le taux d’imposition augmente avec l’assiette [4] taxée, en l’occurrence le patrimoine. Ainsi, par exemple, un ménage possédant deux millions d’euros ne paiera rien sur les 800 000 premiers euros puis 0,55 % entre 0,8 et 1,3 million et enfin 0,75 % sur la partie supérieure à 1,3 million, soit un ISF total de 8 000 euros.

L'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) aujourd'hui
Barème 2011
en %
Nombre de foyers redevables
2008
en %
Montant collecté
en millions d’euros / 2008
en %
ISF payé moyen
en euros / 2008
Tranche de patrimoine (en millions d'euros)
0,8 et 1,310,55%280 72350%3088%1 097
1,31 et 2,570,75%215 79338%1 03427%4 792
2,57 et 4,041,00%42 5378%56415%13 259
4,04 et 7,711,30%19 4173%57515%29 613
7,71 et 16,791,65%5 5761%50713%90 925
supérieur à 16,791,80%1 9200,3%82222%428 125
Total565 966100%3 810100%6 732

Source : Rapport sur le projet de loi de finances pour 2010 (n° 1946), par Gilles Carrez, député, Assemblée nationale, 14 octobre 2009.

Comme le patrimoine, le montant de l’ISF collecté est inégalement réparti : les 2 000 foyers les plus riches, 0,3 % des contribuables, s’acquittent de 22 % du montant total collecté. Le montant moyen acquitté par ces très riches ménages – ils ont au minimum 17 millions d’euros de patrimoine - avoisine 500 000 euros par an, alors que les contribuables de la première tranche de l’impôt sur la fortune paient en moyenne 1 100 euros par an.

Demain : la réforme de l’ISF réduit par quatre l’impôt des plus fortunés

Le gouvernement a annoncé dans la loi de finances rectificative pour 2011 une réduction et une simplification du barème de l’ISF. Tout d’abord, il va supprimer la première tranche d’imposition sur les patrimoines compris entre 800 000 et 1,3 million d’euros. Le nombre de contribuables sera diminué de moitié et le montant collecté baissera de 8 % : cette seule mesure représente une perte de recettes de 308 millions d’euros pour le budget de l’Etat, pour un coût total de la réforme qui atteint 1,8 milliard d’euros en année pleine.

Ensuite, il n’y aura plus que deux tranches et le taux sera uniforme sur l’ensemble du patrimoine : 0,25 % entre 1,3 et 3 millions d’euros et 0,5 % au-delà. Les taux seront donc réduits, mais ils s’appliqueront au premier euro de patrimoine et non sur la partie du patrimoine supérieure à 800 000 euros comme précédemment. En l’état actuel du texte, ces modifications vont créer des effets de seuils importants : dès lors qu’un patrimoine dépassera de un euro les seuils de 1,3 et de 3 millions d’euros, le taux d’imposition passera de 0 à 3 250 euros puis à la seconde tranche du simple au double.

Pour reprendre l’exemple précédent, le ménage dont la fortune s’élève à un million d’euros après abattements ne paiera plus rien… Celui qui dispose de trois millions d’euros paiera 0,25 % sur tout son patrimoine (et non plus de 0,55% à 1% sur la partie supérieure à 800 000 euros) soit 5 000 euros. Auparavant il en payait 8 000, le gain pour lui n’est pas énorme, mais c’est tout de même un trimestre de travail d’une personne au Smic. Pour les très riches, le gain est encore plus massif. Comme les premières tranches sont négligeables, leur taux d’imposition maximum passe de 1,8 % à 0,5 %. Un foyer riche de 20 millions d’euros gagnera 182 000 euros d’impôts par an. Pour toucher une telle somme, un salarié au Smic doit travailler 15 ans, un titulaire du RSA lui doit attendre 33 années. Le gain pour une fortune de 100 millions d’euros représente 1,2 million soit un siècle de Smic.

Gain de la réforme de l'ISF par niveau de patrimoine
Ancien ISF
en euros
Nouvel ISF
en euros
Gain
en euros
Patrimoine
1 million d’euros1 10001 100
2 millions d’euros8 00050003 000
5 millions d’euros39 30025 00014 300
10 millions d’euros112 30050 00062 300
20 millions d’euros282 300100 000182 300
100 millions d’euros1 722 300500 0001 222 300

Source : Observatoire des inégalités - 2011
L’impact de la réforme de l’ISF sur les 10 plus grandes fortunes professionnelles en France
Société
Patrimoine
en milliards d’euros
ISF théorique
en millions d’euros
Nouvel ISF
en millions d’euros
Bernard ArnaultLVMH22,7409114
Gérard MulliezGroupe Auchan1934295
Liliane BettencourtL'Oréal14,425972
Bertrand PuechHermès International8,515343
François PinaultLouis-Dreyfus8,515343
Serge DassaultGroupe industriel Serge Dassault6,812234
Louis-Dreyfus MargaritaPPR6,211231
Alain WertheimerChanel4,58123
Jacques ServierLaboratoires Servier3,86819
Jean-Claude DecauxJCDecaux3,25816
Ces calculs sont largement théoriques puisque l' "outil professionnel" est exonéré d'ISF et que de nombreux montages fiscaux permettent d'échapper à l’impôt.
Source : magazine Challenges données 2010 - Calculs de l'Observatoire des inégalités - 2010

Montant de l’ISF selon le niveau de patrimoine

Les contreparties : la suppression du bouclier fiscal et la hausse des droits de succession

Cette réduction d’ISF représente 1,8 milliard d’euros de manque à gagner pour le budget de l’Etat chaque année. De nouvelles recettes sont donc prévues en contrepartie. D’abord, la suppression du bouclier fiscal économisera 293 millions d’euros de restitutions d’impôts en 2012 - et à terme 700 millions d’euros. Ce dispositif limitait l’imposition d’un foyer à 50 % de son revenu annuel depuis 2007. Cette mesure était très décriée (voir notre article Qui profite du bouclier fiscal ?) car elle protégeait ses bénéficiaires de tout nouvel effort fiscal. Elle revenait à supprimer l’ISF pour les ménages riches en patrimoine qui parvenaient à afficher par des mécanismes complexes un faible revenu annuel, à l’instar de la fille du milliardaire François Pinault qui a perçu un RMI entre 1999 et 2005 alors qu’elle payait l’ISF. De plus, les droits de succession sur les patrimoines élevés seront augmentés et il y aura moins d’abattements sur les donations de son vivant. Soit une recette totale sur les successions d’environ un milliard d’euros d’après le gouvernement.

Au bout du compte, le cadeau fiscal est considérable pour les très grandes fortunes. Pour donner un ordre de grandeur, le coût de la mesure équivaut à un dixième du budget des écoles primaires en 2011, au montant des bourses versées à 600 000 étudiants, ou encore 70 000 emplois publics. L’Etat récupère ses recettes de deux façons. La suppression du bouclier fiscal pèsera sur ceux qui arrivaient à minimiser leurs revenus ou les contribuables disposant d’une fortune très élevée relativement à leurs revenus, au nombre de 10 700 d’après Le Monde.fr (23-05-11). La hausse des droits de succession sera supportée par les héritiers les plus riches.

En savoir plus :

Photo / © Ignatius Wooster - Fotolia.com

Notes

[1Le patrimoine est constitué des biens monétaires durables (immeubles, actions, obligations, etc.) détenus par les ménages, il ne comprend pas les revenus.

[2Car 1,14 million moins 30 % = 800 000 euros.

[4La base qui sert de calcul aux services des impôts.

Date de rédaction le 31 mai 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Inégalités : le débat n’a toujours pas eu lieu

23 mai 2017
Le sentiment d’injustice croît dans notre pays. Pourtant, le débat politique ne peut se résumer à l’alternative proposée par les deux finalistes de l’élection présidentielle : protection identitaire dans un camp, libéralisme individualiste dans l’autre. Le point de vue de Patrick Savidan, professeur de philosophie politique et président de l’Observatoire des inégalités. Extrait du quotidien (...)

Grandes villes, le cœur des inégalités

16 mai 2017
Les zones rurales isolées affichent le niveau de vie le plus faible. Mais c’est dans les villes-centres que les inégalités de revenus sont les plus fortes. La grande richesse de quelques quartiers favorisés y côtoie l’extrême pauvreté.

Sans une politique de cohésion sociale, aucune réforme fiscale ne sera acceptée

28 avril 2017
Le consentement à l’impôt s’érode en France, non pas tant en raison du niveau de taxation que du sentiment de « payer pour les autres » engendré par la complexité du système, estime Raul Sampognaro, économiste à l’OFCE. Extrait du quotidien Le Monde.

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

Soutenez le deuxième rapport sur les inégalités en France

11 avril 2017
Premier objectif atteint : nous avons réuni la somme de 10 000 euros, merci à tous ceux qui ont contribué. Deuxième objectif : 15 000 euros. Pour nous permettre d’augmenter la diffusion du rapport et de réaliser des infographies sur les principaux indicateurs. Nous comptons sur vous.

« Les tensions de notre société naissent dans le refus de voir la situation de domination des catégories aisées ». Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

5 avril 2017
Les diplômés ont-ils pris en otage le discours sur les inégalités au détriment des classes populaires ? Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Slate.fr.

Il faut bousculer l’ordre établi

31 mars 2017
Interdire le cumul des mandats, lutter réellement contre l’évasion fiscale, supprimer les grandes écoles : des actes symboliques forts qui mettraient à mal l’entre-soi des plus riches. Par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues, directeurs de recherche au CNRS. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? (...)

Combien gagnent les très riches ?

31 mars 2017
2,7 millions de personnes gagnent plus de 61 000 euros par an en France. Ces 10 % les plus riches reçoivent, à eux seuls, une masse de revenus 1,4 fois plus importante que les 50 % du bas de la pyramide.

Dépenses publiques : les Français ne dépensent pas plus que les autres

8 février 2017
Comparer le niveau des dépenses publiques selon les pays n’a aucun sens si l’on ne prend pas en compte ce qu’elles financent. Au final, les contribuables français ne paient pas plus que les autres. Un point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du quotidien Le Monde.

Une formation unique en France pour comprendre les inégalités

31 janvier 2017
Le 30 mars prochain, l’Observatoire des inégalités organise une formation unique en France sur la question des inégalités. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale de notre pays.

FERMER