Espérance de vie : avantage aux femmes

26 décembre 2013 - En France, les femmes vivent toujours plus longtemps que les hommes. Mais depuis les années 1990, l’écart se resserre, notamment en matière d’espérance de vie en bonne santé.


Etat des lieux

En moyenne, les garçons nés en 2012 peuvent compter vivre 78,4 ans et les filles 84,8 ans, compte tenu des conditions de mortalité du moment (voir encadré), soit presque sept années d’écart. A 60 ans, les premiers peuvent compter sur 22,6 ans et les secondes sur 27,2 ans, cinq années d’écart. Les femmes qui ont travaillé vivront une retraite beaucoup plus longue que les hommes. Très peu d’indicateurs sont favorables aux femmes, mais celui-ci est sans doute l’un des plus importants [1].


Définition de l’espérance de vie

L’espérance de vie est la durée de vie moyenne une année donnée en fonction des conditions de mortalité du moment. C’est un indicateur fictif, d’où l’emploi du terme « espérance ». En réalité, les bébés qui naissent à un moment donné vivront en moyenne très probablement davantage (sauf catastrophe) que ce que les chiffres indiquent : au cours de leur vie ils connaîtront des conditions de mortalité moins défavorables qu’au moment où ils naissent car l’espérance de vie progresse partout dans le monde.

L’évolution

L’écart d’espérance de vie s’est considérablement creusé entre 1950 et la fin des années 1980 entre les femmes et les hommes : de + 5,8 années à + 8,3 années en faveur des femmes. Depuis, cet écart diminue entre les deux sexes : il est passé de + 8,3 années en 1990 à + 6,4 années en 2012. Entre 2000 et 2012, l’espérance de vie à la naissance a davantage progressé pour les hommes (+ 3,2 années) que pour les femmes (+ 2,1 années). L’espérance de vie tient à de nombreux facteurs, où se mêlent l’accès aux soins, les conditions et la durée du travail, les modes de vie (consommation de tabac et alcool par exemple), ainsi que des éléments génétiques. C’est la rançon de l’égalisation des conditions de vie : le mode de vie des femmes se rapprochant de celui des hommes (qui sont davantage aujourd’hui à l’écoute de leur santé), les écarts d’espérance de vie entre les sexes se réduisent logiquement.


L’espérance de vie en bonne santé

L’avantage féminin doit être relativisé quand on considère l’espérance de vie en bonne santé à la naissance, c’est-à-dire sans limitation d’activités ou sans incapacités majeures. L’écart entre les hommes et les femmes est beaucoup plus faible et se réduit même fortement depuis le milieu des années 2000. En 2011, les femmes pouvaient espérer vivre en bonne santé 0,9 année de plus que les hommes, contre 2,4 années en 1995, 1,6 année en 2006. Entre 1995 et 2011, les femmes ont gagné 1,2 année d’espérance de vie en bonne santé soit un gain deux fois moins élevé, sur la même période, que les hommes qui bénéficient en 2011 de 2,7 années d’espérance de vie supplémentaire qu’en 1995.

Espérance de vie en bonne santé à la naissance
Selon le sexe
Unité : années
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004*
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Evolution 1995-2011
Femmes62,462,563,162,863,363,263,363,763,964,364,664,464,464,663,563,463,61,2
Hommes60,059,660,259,260,160,160,560,460,661,562,362,862,862,762,861,862,72,7
Ecart femmes/hommes2,42,92,93,63,23,12,83,33,32,82,31,61,61,90,71,60 9
*Rupture de série
Source : Insee, France métropolitaine

Pour en savoir plus :

photo / © Liaurinko - Fotolia.com

Notes

[1Bizarrement, c’est aussi l’un des seuls indicateurs qui n’est quasiment jamais calculé en moyenne pour l’ensemble des sexes.

Date de rédaction le 16 août 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

L’inégal accès à la complémentaire santé

16 septembre 2014
11 % des ménages les plus modestes ne sont pas couverts par une complémentaire santé, contre 2 % des plus aisés.

2,2 millions de salariés exposés à un produit cancérigène

7 janvier 2014
10 % des salariés sont exposés à un produit cancérigène. C’est le cas de 28 % des ouvriers qualifiés contre 2,3 % des cadres supérieurs. Une population aussi plus souvent masculine.

Obésité et milieux sociaux

24 avril 2013
Deux fois plus d’adultes obèses chez les artisans, commerçants, agriculteurs, ouvriers et employés que chez les cadres supérieurs. L’obésité ne touche pas de la même façon les catégories sociales.

L’exposition aux maladies professionnelles

10 novembre 2010
Le risque de se voir reconnaître une maladie professionnelle est 37 fois plus élevé pour un ouvrier que pour un cadre. Les femmes ouvrières ont un risque six fois supérieur à la moyenne de souffrir de troubles musculo-squelettiques.

L’obésité chez les jeunes : le poids du milieu social

27 octobre 2010
Un enfant de grande section de maternelle fils d’ouvrier a 3,6 fois plus de risque d’être obèse qu’un enfant de cadre supérieur. En classe de CM2 cette proportion est de 0,6 % chez les enfants de cadres contre 6,1 % chez les enfants d’ouvriers.

Mesure des discriminations à l’accès aux soins par testing

3 septembre 2009
Des opérations de testing montrent que les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) subissent des discriminations de la part de médecins, surtout des spécialistes, qui refusent de les recevoir.

Santé bucco-dentaire des adolescents et milieu social

1er juin 2007
8,5 % des enfants d’ouvriers en classe de 3ème souffrent de problèmes dentaires contre 0,5 % des enfants de cadres supérieurs.

Cigarette : les inégalités s’accroissent entre les milieux sociaux

19 décembre 2004
48,5 % des ouvriers fument contre 23,8 % des cadres...

FERMER