Emploi : de quoi souffrent les jeunes des quartiers en difficulté ?

28 avril 2011 - Sur le marché de l’emploi, les jeunes issus des quartiers difficiles souffrent d’abord de leurs origines sociales et de la qualité du système d’enseignement, non d’une stigmatisation liée au quartier. Les explications de Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.


Les jeunes qui vivent dans les zones urbaines sensibles (Zus) accèdent à des emplois moins qualifiés, et sont moins bien payés, en moyenne, que les autres jeunes. Pourtant, ces écarts ne s’expliquent pas par le fait même de vivre dans un quartier sensible et la stigmatisation qui y serait associée comme on l’indique souvent. Leur niveau de diplôme, notamment, est un facteur bien plus important. Tels sont les enseignements d’une étude publiée par la revue Economie et Statistique de l’Insee [1]. Des résultats en complet décalage avec le discours traditionnel sur la situation des quartiers sensibles.

Sur le marché de l’emploi, les écarts sont énormes entre les jeunes des cités et les autres. Pas moins de 38 % des jeunes des Zus, sortis du système scolaire en 1998, occupaient un emploi d’ouvrier trois ans plus tard, contre 23,7 % des jeunes non issus de Zus. Les premiers n’étaient que 7,8 % à exercer un emploi de cadre, contre 20 % des seconds, plus de deux fois plus. Au bout du compte - et on le comprend par les statuts d’emplois occupés - le salaire moyen des jeunes issus des quartiers sensibles était inférieur de 13 % à celui des autres jeunes.

Comment expliquer ce grand écart ? Pas par le fait d’habiter une zone urbaine sensible : si l’on tient compte des caractéristiques des jeunes, ce critère n’apparaît pas, en soi, comme un facteur de discrimination. Les jeunes qui vivent dans des cités et les autres jeunes n’ont pas des situations comparables : en moyenne, ils sont beaucoup plus souvent d’origine modeste et disposent d’un niveau de diplôme inférieur. Ainsi, 26,7 % des jeunes des cités sont sans diplôme contre 11,5 % des autres jeunes.

Selon les auteurs de l’étude, 90 % de l’écart de salaire s’explique par ces caractéristiques différentes des jeunes. Les différences de types d’emplois résultent des mêmes causes : « si les jeunes originaires des Zus étaient traités par les employeurs dans l’accès aux différents emplois comme le sont les autres jeunes, la structure de leurs emplois serait globalement inchangée ». « Il n’existe pas ou peu, concernant les jeunes issus de Zus, de barrières spécifiques dans l’accès aux différentes catégories d’emplois », indiquent-ils.

L’étude mériterait d’être complétée et affinée, par exemple en tenant compte plus particulièrement de l’accès aux emplois les plus qualifiés, ou en distinguant certains quartiers où les difficultés sociales sont les plus grandes. Il n’en demeure pas moins qu’elle bouscule bien des analyses diffusées sur la stigmatisation des « quartiers sensibles ».

Comme le soulignent les auteurs, reste à remonter le fil des causes. Qu’est-ce qui fait qu’au bout du compte les écarts sont aussi grands ? « Le capital social des parents s’avère très discriminant », indiquent-ils. 9,5 % des jeunes des cités ont un père cadre contre 25 % des autres jeunes. La ségrégation sociale du territoire, la concentration de populations défavorisées au même endroit, pèse lourd : c’est l’existence même de ces quartiers où sont concentrés les plus démunis qui pose problème. En outre, sans exagérer les écarts entre territoires, la qualité du système d’enseignement dans les Zus n’est pas équivalent à ce qui existe ailleurs. On retrouve là un effet lié au quartier !

Que faire ? Une bonne partie des politiques de la ville actuelles n’a aucune prise sur ces éléments structurels. Pour les auteurs, l’effort des pouvoirs publics devrait porter « sur l’égalité des chances dans l’accès à l’éducation et à l’information sur les débouchés professionnels ». Au-delà, c’est l’amélioration de la mixité sociale du territoire à travers une politique du logement volontariste qui constitue l’enjeu le plus important. Des objectifs bien loin des mesures actuellement mises en avant, des dérogations à la carte scolaire au CV anonyme, par exemple. Au-delà même, ce type de travail pose la question du soutien aux jeunes des quartiers sensibles : au-delà des discours et de la compassion, cherche-t-on vraiment à rendre plus facile leur insertion sur le marché du travail ?

Caractéristiques des jeunes domiciliés dans et hors d'une Zus
Unité : %
Jeunes issus de Zus
Jeunes non issus de Zus
Niveau de diplôme
Sans26,711,5
CAP-BEP23,816,1
Bac18,617
Bac+213,619,3
Bac+34,97,6
Bac+4 et plus12,28,5
Catégorie sociale du père
Artisan, commerçant811,1
Cadre9,525,2
Technicien, employé31,134,7
Ouvrier35,817,9
Inactif, chômeur15,111,0
Données observées à la sortie du système scolaire
Source : Céreq, enquête génération 1998 - 1998
Ecart de salaire entre les jeunes résidant en Zus et les autres, par catégorie d'emploi
Unité : %
Ecart de salaire en %
Ouvriers qualifiés1,8
Ouvriers non-qualifiés2,8
Employés non-qualifiés0,7
Employés qualifiés8,1
Professions intermédiaires5,9
Cadres5,1
Ensemble13,0
Données observées à la première embauche des jeunes ayant quitté le système scolaire en 1998.
Source : Céreq, enquête génération 1998
Structure des premiers emplois occupés pour les jeunes de Zus et hors Zus
Unité : %
Jeunes issus de Zus
Jeunes non issus de Zus
Ouvriers non-qualifiés25,214,2
Ouvriers qualifiés13,59,5
Employés non-qualifiés19,815,5
Employés qualifiés12,213,2
Professions intermédiaires21,427,4
Cadres7,820,0
Premiers emplois des jeunes sortis du système scolaire en 1998
Source : Céreq, enquête génération 1998

Photo / © Lotharingia - Fotolia.com

Notes

[1« Lieu de résidence et discrimination salariale : le cas des jeunes habitant dans une zone urbaine sensible » Thomas Couppié, Jean-François Giret et Stéphanie Moullet, Economie et statistique n°433-434, 2010.

Date de rédaction le 28 avril 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Pour défendre l’égalité, les jeunes ont du talent

23 mai 2017
Un mois après l’annonce des équipes lauréates du Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 décerné par l’Observatoire des inégalités, nous vous proposons une sélection de vidéos réalisées dans le cadre de ce concours annuel parce que #LesJeunesOntDuTalent.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : qui sont les lauréats ?

28 mars 2017
La quatrième cérémonie de remise des prix du concours « Jeunesse pour l’égalité » organisé par l’Observatoire des inégalités s’est déroulée mercredi 22 mars dernier, dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville de Paris. Un lieu hautement symbolique pour les 250 jeunes présents qui ont occupé, quelques heures durant, les sièges des élus parisiens. Découvrez les (...)

Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 : la liste des nominés

13 février 2017
L’Observatoire des inégalités publie la liste des nominés pour le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017. Et maintenant, en route pour la remise des prix le 22 mars prochain.

Les adolescents des cités sont-ils enfermés dans des ghettos ?

7 février 2017
Les jeunes sont inégaux face à la faculté de se déplacer, comme le montre l’exemple des adolescents des cités. Encore faut-il se méfier de tout simplisme dans ce domaine : davantage que l’effet de quartier, c’est celui du milieu social d’origine qui pèse sur leurs déplacements vers d’autres territoires que le leur. L’analyse de Nicolas Oppenchaim, sociologue, maître de conférences à l’université de (...)

Une formation unique en France pour comprendre les inégalités

31 janvier 2017
Le 30 mars prochain, l’Observatoire des inégalités organise une formation unique en France sur la question des inégalités. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale de notre pays.

L’évolution du niveau de vie au fil des générations

5 décembre 2016
Le niveau de vie s’élève au fil des générations. Mais le phénomène est de moins en moins vrai, alors que les jeunes sont de mieux en mieux formés.

Jeunesse : en finir avec l’hypocrisie

10 octobre 2016
L’hypocrisie de notre pays face aux jeunes est une insulte aux valeurs républicaines. Elle explique la montée de leur exaspération et augure mal de l’avenir. Par Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Les inégalités en films et en affiches, vues par les jeunes

12 septembre 2016
Que disent les jeunes des inégalités ? Chaque année, le concours « Jeunesse pour l’égalité » organisé par l’Observatoire des inégalités invite les jeunes âgés de 11 à 25 ans à réaliser courts-métrages et affiches sur le sujet. Un DVD rassemble les meilleurs films des trois dernières éditions. Une exposition de trente affiches réalisées pour ces concours est également (...)

Participe au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2016-2017 ! « Tous égaux ? »

12 septembre 2016
À vos caméras, appareils photo, téléphones, ordinateurs… ! L’Observatoire des inégalités lance la quatrième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité », un concours de communication visuelle ouvert aux jeunes de 11 à 25 ans sur le thème « Tous égaux ? ».

La jeunesse face aux inégalités : une formation pour mieux comprendre

9 septembre 2016
Le 11 octobre prochain, l’Observatoire des inégalités organise à Paris une formation sur le thème « La jeunesse face aux inégalités ». Objectif : mieux comprendre les réalités des jeunes d’aujourd’hui.

FERMER