La TVA est-elle juste ?

8 novembre 2012 - Les taxes indirectes telles que la TVA, la taxe sur les produits pétroliers, etc.., représentent près de 17 % des revenus des plus démunis, deux fois plus que pour les ménages les plus aisés.


La France est l’un des pays riches où la fiscalité indirecte - les taxes comprises dans le prix d’un bien ou d’un service - voir encadré - est la plus élevée. Ces taxes - dont l’essentiel est constitué de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) - représentent plus des deux tiers des recettes de l’Etat et un quart de l’ensemble des prélèvements obligatoires [1]. Elles représentent une part deux fois plus élevée du revenu des ménages les plus pauvres que de celui des plus riches.

En 2001 - dernière année pour laquelle on dispose de données - les 10 % des ménages les plus démunis ont payé 1 888 euros de TVA, sur les produits pétroliers, les cigarettes, etc. Les 10 % des ménages les plus aisés se sont acquittés de 4 606 euros. Les premiers y ont consacré 16,6 % de leurs revenus, contre moins de 8 % pour les seconds. Alors que dans le cas des impôts « progressifs » (l’impôt sur le revenu en particulier) le taux augmente avec le niveau de vie  , dans le cas des taxes indirectes, il diminue.

La part la plus importante de ces taxes provient de la TVA, que tout le monde paie quand il fait ses courses ou réparer sa voiture. Elle représente 1 300 euros, soit 11,5 % du niveau de vie des plus pauvres, contre 3 600 euros, soit 5,9 % de celui des plus riches. Le cas du tabac est particulier : il représente certes un montant moyen assez faible globalement, mais les dépenses dans ce domaine ne sont pas liées au revenu, les plus riches consomment même un peu moins de tabac que les plus pauvres. Du coup, le taux de taxes rapporté au revenu est neuf fois moins fort chez les premiers que chez les seconds (0,1 contre 0,9 %).

Un impôt proportionnel aux dépenses

Les impôts indirects sont-ils justes ? Leurs défenseurs, à gauche comme à droite de l’échiquier politique, signalent qu’ils sont proportionnels à la dépense. Chacun paie le même taux quel que soit le revenu. C’est bien cette dépense qui procure à chacun le bien-être après tout, non le fait d’avoir de l’argent de côté.

Ce n’est pas aussi évident que cela : dans une période de forte incertitude économique, cette épargne a une utilité évidente. En outre, l’impôt proportionnel à la consommation (comme la TVA) fait comme si chaque euro valait la même chose pour le contribuable. Or, 10 euros pour un allocataire de minima sociaux comptent bien davantage que pour un millionnaire : d’où la justification d’un impôt progressif, celui dont le taux augmente avec le revenu. [2]

En résumé, les prélèvements indirects sont des impôts proportionnels aux dépenses, dont le taux diminue avec le niveau de vie, ce qui fait que certains les considèrent comme justes et d’autres injustes. Il existerait une façon de les rendre un peu plus justes : augmenter fortement les taux sur les biens consommés par les plus aisés (grosses cylindrées, yachts, bijoux, etc)...

Les taxes indirectes :

  • La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt général sur la consommation, qui est directement facturé aux clients sur les biens qu’ils consomment ou les services qu’ils utilisent.
  • La taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) est une taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers raffinés destinés à être utilisés comme carburant ou combustible.
  • Les cotisations d’assurance sont soumises à la taxe d’assurance. Elle est payée par le souscripteur et son taux varie selon les catégories d’assurances ou de souscripteurs.
  • Les taxes sur les alcools, le tabac, sont payées directement par le consommateur, en plus de la TVA.
Montants moyens de taxes indirectes par niveau de vie
Unité : euros
TVA
Produits pétroliers
Assurances
Alcools
Tabac

Fiscalité indirecte totale
10 % des ménages les moins aisés1 30832895541031 888
50 % des ménages les moins aisés2 06952615090952 930
10 % des ménages les plus aisés3 58860823496804 606
Ensemble2 23951815780933 088
Source : Insee - Economie et statistique n°413 - 2008 - 2001, ensemble des ménages
Taux d'effort pour les différentes taxes indirectes par niveau de vie
Unité : %
TVA
Produits pétroliers
Alcools
Tabac
Assurances

Fiscalité indirecte totale
10 % des ménages les moins aisés11,522,890,470,910,8416,63
50 % des ménages les moins aisés9,222,340,400,420,6713,05
10 % les ménages les plus aisés5,921,000,160,130,397,60
Ensemble8,792,130,330,430,6312,32
Source : Insee - Economie et statistique n°413 - 2008 - 2001

Photo / © philippe Devanne - Fotolia.com

Notes

[1Qui comprennent les recettes de l’Etat, mais aussi celles des collectivités locales ou de la Sécurité sociale, etc.

[2A 1 000 euros on prend 10 %, à 10 000 euros 20 %, et ainsi de suite (exemple fictif).

Date de rédaction le 8 novembre 2012

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

23 mai 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

La rupture conjugale, une épreuve économique pour les femmes

17 mai 2016
300 000 couples se séparent chaque année, dont la moitié ont des enfants mineurs à charge. Ces ruptures entraînent une baisse du niveau de vie, qui touche d’abord les femmes. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

Inégalités : pourquoi autant d’écart entre les discours et les actes ?

11 mai 2016
Les inégalités sont à la mode dans le discours politique, mais les décisions ne sont pas à la hauteur. Comment expliquer l’hypocrisie actuelle ? Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Que faire contre les inégalités ? Testez notre évaluateur des dépenses publiques

29 avril 2016
Que faire contre les inégalités ? Mesurez les solutions concrètes avec notre évaluateur des dépenses publiques. Des crèches au logement social en passant par la sécurité, beaucoup aurait pu être fait à la place des 46 milliards perdus dans le « pacte de responsabilité ».

Inégalités : pourquoi le modèle social français marche mal

26 avril 2016
Ecartelé entre le modèle libéral anglo-saxon et le modèle social-démocrate scandinave, le modèle social français fonctionne mal. Une situation qui mécontente tout le monde, mais n’est pas prête de changer. Le point de vue de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques.

L’évaluateur des dépenses publiques : notre méthode

25 avril 2016
Pour évaluer le coût des dépenses publiques nouvelles à mettre en oeuvre, nous nous sommes appuyés sur un grand nombre de travaux existants. Nous avons surestimé les montants par prudence. Voici notre méthode.

Pauvreté et précarité en chiffres

29 mars 2016
Comment mesurer la pauvreté et la précarité ? Petit panorama des différents instruments de mesure et résumé des grandes transformations des visages de la pauvreté depuis les Trente Glorieuses, par Julien Damon, professeur associé à Sciences Po. Article extrait des Cahiers français, n°390.

Revenu de base pour tous : une fausse bonne idée

15 mars 2016
La mise en place d’un revenu de base n’est pas soutenable si l’on veut qu’il soit d’un niveau acceptable. Le point de vue de Denis Clerc, économiste et fondateur d’Alternatives Economiques.

Comment la gauche « moderne » a abandonné les classes populaires

8 janvier 2016
Les inégalités sont à la mode, tant qu’elles sont compatibles avec les hiérarchies sociales. La gauche « moderne » a abandonné les classes populaires, qui lui rendent la monnaie de sa pièce. Un point de vue de Louis Maurin. Extrait du quotidien « Le Monde ».

Encore un Noël au goût amer pour les catégories populaires

19 décembre 2015
Noël sera l’occasion d’un immense déballage. Les plus aisés ne connaissent pas la crise, alors qu’une partie de la population décroche. Un contraste de plus en plus saisissant. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

FERMER