« L’exclusion bancaire est une injustice sociale doublée d’une aberration économique », entretien avec Alain Bernard du Secours catholique.

7 décembre 2011 - L’exclusion bancaire toucherait environ 5 millions de personnes. Ce phénomène se conjugue le plus souvent avec l’exclusion sociale. Entretien avec Alain Bernard, responsable du département Emploi - Economie solidaire du Secours catholique.


Qu’est ce que l’accessibilité bancaire ?

Il y a trois composantes dans l’accessibilité bancaire :

D’abord, l’ accès tout simplement. Ce n’est pas le problème principal puisque 98 % de la population a un compte bancaire ou un livret A. La France est plutôt bien lotie par rapport aux autres pays, seuls deux tiers des Américains ont un compte. En effet, la France est dotée d’un arsenal juridique assez protecteur : il existe un droit au compte gratuit depuis 1998, un taux d’intérêt maximal (taux d’usure) - certes encore beaucoup trop élevé pour les crédits à la consommation [1] -, un solde bancaire insaisissable en cas de dettes…

Ensuite, l’ accessibilité . Elle mesure l’écart avec la réalité d’accès aux produits et services bancaires, en particulier aux conseils. Un client fortuné n’a aucun mal à obtenir un rendez-vous avec son conseiller alors que les clients modestes peuvent attendre des semaines voire des mois pour un entretien court.

Enfin, l’adaptation de l’offre à l’ usage des clients. Par exemple, l’accès au crédit renouvelable est (trop) aisé alors qu’il est plus risqué et moins compréhensible qu’un crédit amortissable classique, il devient toxique pour les personnes en situation de faiblesse. Au contraire, on constate qu’une grande partie des personnes modestes n’ont pas accès aux crédits classiques ni aux bons moyens de paiement. Un chèque sans provision et une carte de crédit ou de paiement à débit différé peuvent conduire à des découverts et entraîner de coûteux frais.

Le phénomène est donc complexe et malheureusement personne n’est aujourd’hui capable de le mesurer. En 2005, la secrétaire d’Etat à l’exclusion Nelly Olin [2] chiffrait à 5 millions le nombre d’exclus bancaires . Mais la fourchette avancée par d’autres dirigeants de banque est très large, allant de 2 à 9 millions. Je regrette qu’aucun service statistique ne s’en préoccupe concrètement.

En quoi est-ce que l’exclusion bancaire constitue une inégalité ?

Il y a un lien entre l’exclusion bancaire et l’exclusion sociale. Ceux qui ne possèdent pas de compte en banque sont rejetés. Pour payer en espèces vos factures ou même votre cantine, vous devez aller faire la queue dans un endroit à part. Vous ne pouvez toucher un salaire que sur un compte bancaire. A l’inverse, l’exclusion sociale ou le chômage conduisent très vite à l’exclusion bancaire et à la stigmatisation dans des fichiers de chèques sans provisions ou de crédits impayés. En plus, l’argent liquide se vole et est plus volatile.

Cette injustice sociale se double d’une aberration économique. Un crédit sert justement à étaler dans le temps une dépense, c’est donc un puissant levier de développement économique dont sont exclus ceux qui en auraient le plus besoin.

Que préconisez-vous pour y remédier ?

Nous avons rédigé un manifeste [3] à l’attention des politiques et des banques dans lequel nous développons 3 pistes :

1- Obliger les banques à alerter précocement les personnes dont le compte se dégrade. Il ne faut pas attendre que les agios et les frais d’incidents de paiement gonflent avant que le conseiller de clientèle daigne décrocher son téléphone.

2- Une certification indépendante des banques sur la base de critères d’accessibilité afin de jouer sur leur réputation. On peut aussi imaginer que les appels d’offre publics ne retiennent que les banques vertueuses. Ou encore une gratification financière à travers un fonds qu’auront alimenté toutes les banques.

3- Les ménages modestes doivent pouvoir accéder au crédit classique. Comme ce sont des personnes qui risquent davantage de faire défaut, il pourrait être envisageable que les banques pratiquent un taux d’intérêt plus élevé. C’est pourquoi nous proposons que le fonds de cohésion social qui gère actuellement le microcrédit prenne en charge une partie des intérêts sur les crédits consentis aux personnes modestes.

Propos recueillis par Noam Leandri

Notes

[121,32 % au 3e trimestre 2010, source Banque de France.

[2Le Monde du 10 juin 2005

[3Voir sur le site du Secours catholique.

Date de rédaction le 7 décembre 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Inégalités : le débat n’a toujours pas eu lieu

23 mai 2017
Le sentiment d’injustice croît dans notre pays. Pourtant, le débat politique ne peut se résumer à l’alternative proposée par les deux finalistes de l’élection présidentielle : protection identitaire dans un camp, libéralisme individualiste dans l’autre. Le point de vue de Patrick Savidan, professeur de philosophie politique et président de l’Observatoire des inégalités. Extrait du quotidien (...)

Grandes villes, le cœur des inégalités

16 mai 2017
Les zones rurales isolées affichent le niveau de vie le plus faible. Mais c’est dans les villes-centres que les inégalités de revenus sont les plus fortes. La grande richesse de quelques quartiers favorisés y côtoie l’extrême pauvreté.

Sans une politique de cohésion sociale, aucune réforme fiscale ne sera acceptée

28 avril 2017
Le consentement à l’impôt s’érode en France, non pas tant en raison du niveau de taxation que du sentiment de « payer pour les autres » engendré par la complexité du système, estime Raul Sampognaro, économiste à l’OFCE. Extrait du quotidien Le Monde.

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

Soutenez le deuxième rapport sur les inégalités en France

11 avril 2017
Premier objectif atteint : nous avons réuni la somme de 10 000 euros, merci à tous ceux qui ont contribué. Deuxième objectif : 15 000 euros. Pour nous permettre d’augmenter la diffusion du rapport et de réaliser des infographies sur les principaux indicateurs. Nous comptons sur vous.

« Les tensions de notre société naissent dans le refus de voir la situation de domination des catégories aisées ». Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

5 avril 2017
Les diplômés ont-ils pris en otage le discours sur les inégalités au détriment des classes populaires ? Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Slate.fr.

Il faut bousculer l’ordre établi

31 mars 2017
Interdire le cumul des mandats, lutter réellement contre l’évasion fiscale, supprimer les grandes écoles : des actes symboliques forts qui mettraient à mal l’entre-soi des plus riches. Par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues, directeurs de recherche au CNRS. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? (...)

Combien gagnent les très riches ?

31 mars 2017
2,7 millions de personnes gagnent plus de 61 000 euros par an en France. Ces 10 % les plus riches reçoivent, à eux seuls, une masse de revenus 1,4 fois plus importante que les 50 % du bas de la pyramide.

Dépenses publiques : les Français ne dépensent pas plus que les autres

8 février 2017
Comparer le niveau des dépenses publiques selon les pays n’a aucun sens si l’on ne prend pas en compte ce qu’elles financent. Au final, les contribuables français ne paient pas plus que les autres. Un point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du quotidien Le Monde.

Une formation unique en France pour comprendre les inégalités

31 janvier 2017
Le 30 mars prochain, l’Observatoire des inégalités organise une formation unique en France sur la question des inégalités. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale de notre pays.

FERMER