Rien ne va plus sur le front du logement !

7 mai 2010 - Les exclusions provoquées par les difficultés de logement sont considérables, mais la réponse politique n’est pas à la hauteur. L’analyse de Christophe Robert, sociologue, délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre. Extrait du hors-série Les inégalités en France d’Alternatives Economiques.


La qualité des logements et la surface disponible par personne ne cessent de progresser au fil des années : tant mieux ! Tant mieux en particulier pour ceux qui sont logés et peuvent le rester sans y consacrer toutes leurs ressources. Reste qu’au-delà de cette réalité positive, il en est d’autres bien moins perceptibles, mais ô combien plus dévastatrices. Les raisons principales comme les effets de la crise du logement dans laquelle nous nous enfonçons chaque jour un peu plus sont pour la plupart connus. Mais ils sont peu considérés politiquement, faisant du logement une question d’autant plus préoccupante.

Un déficit de constructions

Il faut sans cesse le marteler : on ne construit pas assez et ce que l’on
construit ne répond pas suffisamment aux besoins sociaux ou territoriaux. La faiblesse de la construction depuis vingt-cinq ans a fini par constituer un déficit de 900 000 logements, créant ainsi de fortes tensions sur le marché et laissant sur le bord de la route les plus fragiles socialement et économiquement. La construction est par ailleurs faible dans les secteurs où les besoins sont les plus criants : il suffit pour s’en convaincre de constater qu’en 2008, 39 000 logements ont été produits en Ile-de-France (qui compte 11 millions d’habitants), contre
29 000 en Bretagne (pour 3,5 millions d’habitants). Sans parler des décalages entre le prix des logements construits et la capacité financière des ménages, qui ont fait l’objet d’une évolution inverse au fil des décennies.

Une charge de plus en plus élevée

Toute personne sensée comprendra qu’il y a un réel problème après avoir constaté que les prix des logements ont doublé en moins de dix ans et que les loyers ont augmenté de 30 % à 50 % pendant la même période ! A l’évidence, les ressources des ménages n’ont pas suivi un tel rythme et les aides personnelles au logement, censées atténuer la facture, ont fini, au fil des mesures d’économie pratiquées, par décrocher.

Au final, les ménages dépensent trop pour se loger : 25 % de leur budget en moyenne, contre 13 % pour l’alimentation (ces proportions s’étant inversées en moins de trois décennies), mais pour beaucoup ce taux atteint 50 %. La facture est lourde en bout de course, tant sur le front des impayés de loyers, puisque leur nombre a doublé entre 2002 et 2006, qu’en matière d’expulsions locatives (50 % d’augmentation depuis 2002). Sans parler des arbitrages financiers effectués au détriment des dépenses d’alimentation, de santé ou de loisirs…

Parallèlement, on ne voit pas (ou l’on ne veut pas voir) l’étendue des exclus du marché du logement. La situation est pourtant devenue insoutenable : 3,5 millions de personnes sont non ou mal logées (personnes vivant à la rue, dans des cabanes, en camping à l’année, dans des logements dangereux…) et plus de 6,5 millions sont dans une situation de fragilisation par rapport au logement qui peut les faire à tout moment basculer dans la catégorie des mal-logés (copropriétés dégradées, surpeuplement, impayés de loyers…). 10 millions de
personnes sont ainsi touchées à des degrés divers par la crise du logement.

On ne veut pas reconnaître non plus le fait que la ségrégation territoriale
ne cesse de s’accentuer : un enfant sur deux est pauvre dans les zones urbaines sensibles ! Des territoires d’exclusion qui, sous l’effet de la crise du logement, se spécialisent chaque jour un peu plus dans l’accueil des ménages fragilisés, de ceux qui ne peuvent se loger ailleurs, qui sont interdits de s’installer dans les villes qu’ils font pourtant vivre et qui, pour la plupart, resteront assignés dans ces quartiers en difficulté.

La faillite, par carence, des pouvoirs publics

C’est à partir de l’ensemble de ces situations d’exclusion que la politique du logement devrait être définie, à condition de considérer que les plus fragiles doivent constituer la priorité des politiques publiques. Or nos responsables politiques continuent à faire comme si notre pays était composé d’une large classe moyenne et de seulement quelques milliers de pauvres ayant besoin d’une aide de la collectivité ou d’être mis à l’abri lorsque l’hiver redevient rigoureux. Pire, l’augmentation des coûts du logement contribue à accroître l’enrichissement de ceux qui disposent de fortes capacités d’endettement, sachant que les plus aisés se voient même offrir des mesures gouvernementales extrêmement avantageuses en matière de défiscalisation (dispositifs Robien et Scellier en particulier), réduisant au passage les recettes de l’Etat, et par là
même sa capacité d’intervention.

Le fossé entre l’étendue des exclusions provoquées par les difficultés de
logement et la faiblesse comme l’incohérence de la réponse politique dépasse les limites de l’acceptable. Arrêtons de croire, ou de feindre de croire, aux seules vertus du marché ! La crise du logement représente la faillite, par carence, des pouvoirs publics. Laisser faire le marché, puis se plaindre de l’augmentation du prix du foncier et du logement est cynique, car l’intervention politique ne devient alors possible qu’au prix d’un investissement coûteux très vite invoqué pour justifier l’immobilisme. C’est un fait, les lois du marché ne permettent pas à elles seules de loger convenablement l’ensemble des ménages. Il n’en a jamais été ainsi et, depuis plus d’un siècle, seule une intervention importante et soutenue dans le temps de la collectivité publique a permis, à certaines périodes, de réduire un tant soit peu les phénomènes d’exclusion par le logement.

Extrait de Les inégalités en France - hors-série Alternatives Economiques Pratique n° 043 - mars 2010.

Photo / © Lotharingia - Fotolia.com

Date de rédaction le 7 mai 2010

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Hétérosexuels et homosexuels : histoire d’une lente évolution vers l’égalité

3 février 2017
Jusqu’en 1990, l’homosexualité était considérée comme une maladie mentale par l’Organisation mondiale de la santé. Histoire d’une lente évolution vers l’égalité.

Hétérosexualité/homosexualité : « passer de la question du droit à la question des normes », entretien avec Sébastien Chauvin, sociologue.

15 décembre 2016
Le mariage pour tous constitue une avancée réelle pour l’égalité des droits entre hétérosexuels et homosexuels. Le combat à venir est un combat contre l’institution de l’hétérosexualité comme norme de référence. Entretien avec Sébastien Chauvin, sociologue au Centre en études Genre de l’université de Lausanne.

Portrait social des familles monoparentales

13 décembre 2016
Le nombre de familles monoparentales a doublé durant ces vingt dernières années, de 950 000 en 1990 à 1,8 million en 2013. Qui sont ces familles ? Quelle est leur situation au regard de la pauvreté, de l’emploi ou encore du logement ? Leur portrait social, par Valérie Schneider.

Mal-logement : aux racines de l’inquiétude

19 août 2016
Depuis les années 1970, les conditions de logement s’améliorent globalement. Comment expliquer alors que le mal-logement continue à faire débat ? Article extrait du Centre d’observation de la société.

Un toit pour tous

12 août 2016
Les conditions de logement se sont améliorées au cours des dernières décennies. Pourtant, il reste 3,8 millions de personnes mal logées aujourd’hui en France.

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

28 juillet 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

La rupture conjugale, une épreuve économique pour les femmes

17 mai 2016
300 000 couples se séparent chaque année, dont la moitié ont des enfants mineurs à charge. Ces ruptures entraînent une baisse du niveau de vie, qui touche d’abord les femmes. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

Inégalités d’accès au patrimoine : une fracture s’ouvre

29 février 2016
Les propriétaires se sont largement enrichis ces dernières années, grâce à de larges subventions publiques. Une France de “citoyen-propriétaire” est en train de naître qui se mobilise pour défendre son patrimoine. L’analyse de Jean Taricat, sociologue enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture de (...)

Un toit, c’est un droit

9 février 2016
Les conditions de logement se sont améliorées au cours des dernières décennies. Pourtant, il reste 3, 8 millions de mal-logés aujourd’hui en France.

Modulation des allocations : un modèle réservé aux pauvres est un pauvre modèle

1er juillet 2015
Réduire les allocations familiales des plus aisés semble tomber sous le sens. Mais cette mise à mal de l’universalisme de notre modèle sape sa légitimité. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

FERMER