L’origine sociale des étudiants

6 septembre 2013 - Les étudiants, enfants de cadres supérieurs, constituent près de la moitié des étudiants dans les filières les plus sélectives, alors que leurs parents ne représentent que 15 % des emplois.


Les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures constituent près d’un tiers des étudiants à l’université et la moitié des élèves dans les filières les plus sélectives comme les classes préparatoires aux grandes écoles ou les écoles d’ingénieurs, alors que leurs parents ne représentent que 15 % des emplois. L’écart est fortement marqué en écoles d’ingénieurs ; 47,8 % des élèves-ingénieurs (hors université) ont des parents cadres ou professions intellectuelles supérieures, 5 % sont enfants d’ouvriers et 6,4 % d’employés. Les enfants d’ouvriers et d’employés sont mieux représentés dans les filières courtes, des IUT aux BTS, en passant par les écoles paramédicales et sociales.


A l’université, en licence, la part des enfants d’ouvriers et d’employés est de 26,6 % (leurs parents représentent 52 % des actifs occupés), de 28,2 % pour les enfants de cadres supérieurs. En master et doctorat leur part baisse respectivement à 17,4 % et 12,1 % contre 34,2 % et 35,5 % pour les enfants de cadres supérieurs. Le troisième cycle est tout autant sélectif socialement que les grandes écoles.


L’accès à l’enseignement supérieur a progressé pour toutes les catégories sociales depuis 1991. La proportion des fils d’ouvriers et d’employés y accédant est ainsi passée de 20 à 39 %, celle des enfants de cadres supérieurs ou de professions intermédiaires de 50 à près de 80 %. La stagnation voire la baisse du taux d’accès à partir de la fin des années 1990 est frappante, y compris pour les milieux défavorisés qui ne rattrapent pas les enfants des autres milieux.

Pour en savoir plus :
« Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche », Ministère de l’Education nationale, édition 2013.

Photo / © WavebreakmediaMicro - Fotolia.com

Date de rédaction le 6 septembre 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

L’inégal accès au bac des catégories sociales

28 juin 2016
Les taux d’accès au bac augmentent sur longue période. Mais alors que neuf enfants d’enseignants sur dix sont bacheliers, ce n’est le cas que de quatre enfants d’ouvriers non qualifiés.

Selon l’OCDE, la France est l’un des pays où le milieu social influe le plus sur le niveau scolaire

26 octobre 2015
Avec un score de 57 sur 100, la France est l’un des pays de l’OCDE où le milieu social influe le plus sur le niveau scolaire.

Les inégalités sociales au collège

24 juin 2014
58 % des élèves des sections pour jeunes en difficulté au collège sont issus de catégories sociales défavorisées, 2 % sont enfants de cadres supérieurs. Selon le milieu social, les élèves ne réussissent pas au collège de la même manière.

Le niveau de diplôme des catégories sociales

11 septembre 2012
Plus des deux tiers des cadres supérieurs possèdent un diplôme de niveau minimum bac +2, contre 2 % des ouvriers.

De la sixième aux études supérieures : le poids des catégories sociales

11 septembre 2012
En sixième, 16 % des élèves sont enfants de cadres supérieurs, 56 % ont des parents ouvriers, inactifs ou employés. Les premiers représentent 42 % des diplômés de Bac+5, les seconds 24 %. Les trajectoires scolaires varient selon l’origine sociale.

Des classes préparatoires toujours aussi fermées

8 juin 2012
Depuis 10 ans, la composition par sexe et par catégorie sociale des classes préparatoires n’a quasiment pas évolué. La représentation des catégories populaires y est particulièrement faible.

Pas de diversité sociale à l’ENA

5 janvier 2010
Les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures sont quatre fois plus représentés à l’Ecole nationale d’administration (ENA) que leur part parmi les actifs occupés. Les enfants d’ouvriers huit fois moins...

Le niveau scolaire des catégories sociales

3 septembre 2009
En 6ème, les écarts de niveaux scolaires sont considérables entre catégories sociales : 16,4 points sur 100 entre les ouvriers et les cadres supérieurs en mathématiques, 13,8 points en français...

FERMER