Pendant la crise, les plus riches s’enrichissent

10 février 2014 - Entre 2008 et 2012, si l’on considère la masse globale des revenus en France, les 10 % les plus pauvres ont perdu deux milliards d’euros, alors que les 10 % les plus riches se sont enrichis de près de 11 milliards.


Entre 2008 et 2012, la masse globale [1] de l’ensemble des revenus des ménages (après impôts et prestations sociales) s’est accrue de 21,2 milliards d’euros, inflation déduite, selon les données de l’Insee. La crise est loin de frapper toutes les couches sociales. Les 10 % les plus pauvres ont perdu deux milliards d’euros au cours de ces quatre années, la masse globale de leurs revenus passant de 50,7 à 48,6 milliards d’euros. Les 10 % les plus riches ont gagné sur la même période 10,8 milliards d’euros, la masse de leurs revenus est passée de 342 milliards d’euros en 2008 à 353 milliards en 2012. A lui seul, ce dixième le plus riche a reçu 50 % de l’ensemble de la croissance de l’ensemble des revenus entre 2008 et 2012.

Un décrochage des couches sociales modestes

La France entre dans une nouvelle phase de croissance des inégalités, avec un décrochage des catégories les moins favorisées, alors que les couches les plus aisées continuent de voir leur revenu augmenter. Globalement, entre 2008 et 2012, les 40 % les plus pauvres ont perdu 6,6 milliards d’euros. Les 40 % les plus riches ont engrangé 19,8 milliards.

L’Insee ne diffuse pas de données plus récentes. Depuis 2012, les hausses d’impôts ont pu atténuer l’augmentation des gains des plus favorisés, mais, en même temps, la très forte progression du chômage a pesé très lourdement sur les revenus des plus pauvres. Il y a fort à parier que, globalement, l’écart est encore plus grand que ce que nous indiquent ces données.

Ce phénomène n’a pas commencé en 2008. En 2002, les 10 % les plus démunis recevaient 3,9 % de la masse globale des revenus. En 2012, ils n’en perçoivent plus que 3,4 %. La masse globale des revenus qu’ils reçoivent a baissé d’un milliard. En 2002, les 10 % les plus riches obtenaient 23,4 % de la masse globale des revenus. En 2012, ils en sont à 24,7 %. Ils ont vu leurs revenus augmenter de 55,8 milliards.


La répartition du revenu depuis dix ans

Entre 2001 et 2012, le revenu total des ménages a augmenté de près de 214,5 milliards d’euros, dont 66 milliards (un tiers de l’ensemble de l’augmentation) sont revenus aux 10 % les plus favorisés alors que les 10 % les moins favorisés ont gagné 2,3 milliards, soit 0,01 % de l’ensemble de l’évolution de la masse globale des revenus sur ces dix années. Entre 2001, les des plus aisés recevaient 24 % du revenu total, contre 25 % en 2012.

Les 10 % les plus pauvres ont 3,4 % de l’ensemble du revenu global en 2012, contre 25 % pour les 10 % les plus riches. En 2012, les 40 % les plus pauvres ont touché 22 % de la masse globale des revenus et les 40 % les plus riches, 60 %.


La répartition du revenu global en France par niveau de vie
Part du revenu global en 2001
en %
Part du revenu global en 2012
en %
Revenus perçus en 2012
en milliards
10 % les plus bas3,83,448,6
Entre 10 et 20 %5,35,274,3
Entre 20 et 30 %6,36,288,6
Entre 30 et 40 %7,27,1101,5
Entre 40 et 50 %8,18,0114,3
Entre 50 et 60 %9,19,0128,6
Entre 60 et 70 %10,310,1144,3
Entre 70 et 80 %11,811,6165,8
Entre 80 et 90 %14,314,1201,5
10 % les plus hauts23,624,7353,0
Lecture : en 2012, les 10 % les plus pauvres reçoivent 3,4 % de la masse des revenus nationale, ce qui représente 48,6 milliards d'euros.
Source : calculs de l'Observatoire des inégalités, d'après l'Insee - Données 2012 - © Observatoire des inégalités

Avertissement : les données de ces calculs sont des ordres de grandeur à prendre avec précaution et non au million près. Notamment parce qu’une partie des hauts revenus restent mal connus et qu’une partie de la population la plus pauvre n’est pas prise en compte (personnes âgées vivant en maison de retraite par exemple). Nos données minimisent sans doute les inégalités.

Photo / © tanatat - Fotolia.com

Notes

[1Tous les revenus distribués (salaires, revenus du patrimoine, prestations sociales, etc.) moins les impôts directs.

Date de rédaction le 21 janvier 2014

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Qui est riche et qui est pauvre en France ?

26 janvier 2016
Quels sont les seuils de pauvreté, de richesse et le niveau de vie en France ? L’Observatoire des inégalités publie les toutes dernières données.

Depuis 15 ans, les inégalités de revenus augmentent

22 avril 2015
La France a connu une réduction des inégalités de revenus au cours des quarante dernières années, mais depuis 15 ans la tendance s’est inversée.

2008-2012 : inégalités en hausse, revenus en baisse pour les plus modestes

10 avril 2015
Un gain de revenu de 500 euros pour les 10 % les plus riches contre une perte de 500 euros pour les 10 % les plus pauvres entre 2008 et 2012. Les catégories modestes décrochent.

Niveaux de vie : la plupart des Français ne savent pas se situer

18 novembre 2014
19 % des Français surestiment leur niveau de vie et 36 % le sous-estiment. Il n’est pas toujours facile de se situer sur l’échelle des revenus.

Personnes seules, couples, familles : quel est le niveau de vie des ménages ?

17 octobre 2014
1 500 euros de revenus par mois ne procurent pas le même niveau de vie à une famille qu’à une personne seule. Le détail des revenus selon le type de ménage.

Revenus : les avantages des propriétaires

11 octobre 2013
Si l’on ajoutait aux revenus des propriétaires les loyers qu’ils n’ont pas à verser, le niveau de vie moyen annuel global de la population (après impôts et prestations sociales, pour une personne) augmenterait de 8 %, soit de 1 840 euros.

Les inégalités de revenus des travailleurs indépendants

18 septembre 2013
Les travailleurs indépendants ont un revenu annuel moyen de 31 800 euros. Mais celui-ci varie de 15 000 à 105 000 euros entre un coiffeur et un notaire...

La composition des revenus selon le niveau de vie

12 septembre 2013
La part du salaire représente 34 % du revenu des 10 % des ménages les plus modestes contre 64 % de celui des 10 % des plus aisés. Les revenus du patrimoine constituent 28 % des ressources des 10 % les plus riches.

FERMER