Femmes et hommes, égaux devant le chômage

12 février 2014 - L’égalité entre femmes et hommes existe désormais au moins dans un domaine : le chômage. La crise a davantage frappé les seconds que les premières.


Du milieu des années 1970 à la fin des années 1980, l’écart de taux de chômage entre les femmes et les hommes s’est accru. Il a atteint 4,3 points en 1989. A l’époque, le taux de chômage des femmes était 1,7 fois supérieur à celui des hommes. Par la suite, les indicateurs ont progressivement convergé jusqu’à l’égalité en 2009. Une dégradation de l’emploi féminin a rouvert l’écart en 2011 (un taux de chômage de 9,7 % pour les femmes, de 8,7 % pour les hommes), mais en 2012, le chômage masculin a nettement progressé (9,7 % contre 10 % pour les femmes). Depuis début 2014, celui-ci dépasse le chômage féminin.

L’impact de la crise

Les hommes sont davantage touchés que les femmes par le ralentissement de l’activité depuis 2008 [1]. Le nombre d’hommes au chômage a augmenté de 64 % entre le premier trimestre 2008 et le deuxième trimestre 2015, contre + 38 % pour les femmes. Au total, on a enregistré sur la période 610 000 hommes et 355 000 femmes supplémentaires parmi les demandeurs d’emploi. On compte désormais 272 000 hommes demandeurs d’emploi de plus que de femmes.

Sur le long terme, les femmes ont tiré davantage profit des créations d’emplois dans le secteur des services, de la distribution aux emplois domestiques, en passant par l’enseignement ou la santé. Elles subissent aussi la crise, mais moins que les hommes, davantage présents dans l’industrie. Par ailleurs, le niveau de diplôme des femmes se rapproche de celui des hommes (et le dépasse même pour les jeunes générations), même si elles s’orientent vers des filières moins valorisées sur le marché du travail. Ceci dit, ces chiffres doivent être nuancés car ils ne présentent qu’une partie de la réalité de l’emploi des femmes et des hommes. Les premières sont en moyenne moins rémunérées et une partie des emplois qu’elles occupent ne sont que des bouts d’emplois en temps partiel, faute de mieux.

Photo / Pôle emploi Versailles

Notes

[1Voir sur ce point « Chômage : la crise touche davantage les hommes », Centre d’observation de la société.

Date de rédaction le 11 octobre 2012

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Qui sont les chômeurs de longue durée ?

16 octobre 2015
Passer par la case chômage est une chose, y rester longtemps a des conséquences beaucoup plus graves sur le niveau d’indemnisation, les relations sociales et l’état psychologique des personnes qui se trouvent ainsi éloignées de leur univers professionnel.

La moitié des chômeurs touchent moins de 500 euros par mois

30 janvier 2015
Un tiers des chômeurs ne touche aucune indemnité. La moitié d’entre eux ne reçoivent pas plus de 500 euros par mois et les trois quarts moins du Smic.

Le taux de chômage selon le diplôme

30 janvier 2015
Le taux de chômage des non diplômés est trois fois supérieur à celui des diplômés d’études supérieures. Le diplôme est plus que jamais un atout pour accéder à l’emploi.

L’évolution du taux de chômage selon l’âge

5 juin 2014
Entre 1975 et 2012, le taux de chômage a été multiplié par cinq pour les 20-24 ans et par presque autant pour les 25-49 ans. Depuis 2008, la crise a particulièrement touché les plus jeunes. Le taux de chômage des moins de 25 ans atteint désormais un niveau record en France. Mais les plus âgés ne sont pas épargnés non (...)

La durée de chômage selon le sexe et l’âge

5 juin 2014
Les chômeurs restent en moyenne 14 mois sans emploi, mais près de 20 % d’entre eux connaissent une période d’inactivité professionnelle forcée de plus de deux années.

FERMER