Pauvres un jour, pauvres toujours : carrières féminines et niveau de retraites

15 mai 2009 - Les femmes ont des retraites plus faibles que les hommes. Les dernières réformes des retraites ont encore renforcé ces inégalités. Une analyse d’Odile Chagny et Paola Monperrus-Veroni, économistes. Extrait de la publication électronique Clair & net de l’OFCE.


Dans la crise actuelle, le rôle amortisseur des prestations sociales revêt une importance particulière. La revalorisation du minimum vieillesse pour les personnes seules prévue pour avril 2009 et celle des pensions de réversion [1], qui interviendra en 2010, bénéficieront principalement aux femmes. Or la situation des femmes à la retraite mérite attention, car le remède miracle de l’alignement de leurs modes de participation sur celui des hommes est moins évident qu’il n’y paraît.

Le plus faible degré de participation au marché du travail, les problèmes d’articulation entre vie familiale et professionnelle se répercutent sur le nombre d’années que les femmes retraitées peuvent faire valider pour leurs pensions de retraite, ainsi que sur les montants des pensions. Ainsi, en 2006, sur la base des résultats du module ad hoc sur les transitions emploi-inactivité de l’Enquête Forces de Travail communautaire [2], 10,3 % des femmes retraitées déclaraient avoir travaillé moins de 30 ans sur l’ensemble de leur vie active. En 2004, la pension de droit direct [3] des femmes était égale à 48 % de celle des hommes (voir lettre de l’OFCE n° 300).

La réforme des retraites en France, tout comme dans la plupart des pays européens, a marqué un renforcement du lien entre le montant de la pension et les droits cumulés tout au long de l’activité, tout en baissant le taux de remplacement [4]. Compte tenu de leurs aléas de carrière (carrières plus courtes que les hommes, plus fréquemment à temps partiel, à des niveaux de rémunérations plus faibles), tout resserrement de ce lien aura pour les femmes des effets plus lourds. Ceci rendra d’autant plus important le rôle des dispositifs non contributifs [5] visant à corriger ces aléas.

En incitant à l’allongement de la période d’activité, et parfois en l’imposant, la réforme table sur la généralisation des transitions directes de l’emploi vers la retraite et risque ainsi de pénaliser plus fortement les individus ne parvenant pas à se maintenir en emploi en fin de vie active. Or, parmi les femmes âgées de 55 à 64 ans en 2006, 46,6 % ont déclaré être passées directement de l’emploi à la retraite (voir Chronique internationale de l’IRES n°110), alors que 26,5% se sont retrouvées au chômage, contre 19,1 % des hommes. Les femmes étaient nettement moins nombreuses que les hommes à être passées directement de l’emploi à la retraite et elles étaient 2,6 fois plus nombreuses que les hommes à être inactives. Compte-tenu du durcissement assez généralisé des dispositifs de prise en charge des situations de non-emploi et de non-retraite (maladie, invalidité, chômage de longue durée, préretraites, etc.), le risque de pauvreté   sera accru pour les femmes, notamment les femmes seules qui ne bénéficieront pas de la réversion [6].

L’augmentation de la participation des femmes au marché du travail aura pour effet de réduire les inégalités de retraites hommes/femmes. Pour les tranches d’âge 35-44 ans, le taux d’activité des femmes a progressé de l’ordre de 60 % en France entre les générations 1931-1935, qui sont parties à la retraite à la fin des années 1990 et les générations 1961-1965, qui partiront dans les années 2020. Cette progression compense largement celle du report de l’âge de fin des études. L’augmentation de l’activité des femmes réduirait d’environ 40 % les écarts de pensions femmes/hommes entre les générations 1965-1974 et celles 1940-1944 (de 68 % à 49,5 %) (voir Économie et statistique, n° 398-399).

Cependant, l’augmentation de la participation féminine au marché du travail a laissé nombre de femmes sur la touche ou dans des emplois à statut plus précaire [7]. Pour la France des simulations récentes montrent que, si l’on tient compte du temps partiel, les femmes de la génération 1970 connaîtraient le même temps de travail sur l’ensemble de leurs carrières que les femmes nées dans les générations 1950 (voir Economie et statistique, n°398-399). Les projections du COR ne tablent que sur une augmentation limitée des taux d’activités féminins à l’horizon 2030.

Si la solution au problème du niveau de vie   des femmes à la retraite n’est pas dans la disparition des écarts de participation au marché du travail et de transition, les mécanismes visant à pallier d’éventuelles insuffisances des retraites des femmes, qu’il s’agisse des droits familiaux, des garanties de niveau minimum de retraite ou encore de la réversion, doivent être renforcés.

L’option choisie par le gouvernement de maintenir une pension de réversion généreuse réduit le risque de pauvreté des veuves. Mais ce dispositif ne bénéficiant ni aux femmes pacsées ni aux concubines est de moins en moins compatible avec les comportements actuels. Il faut donc élargir la possibilité pour les femmes de se constituer des droits propres et compenser les aléas de carrière. En France, les droits familiaux représentent un apport important pour les pensions des femmes. Ils représentaient 16 % du montant des pensions de droit direct des femmes en 2004. Ils sont plus développés que dans d’autres pays européens. Mais ils visent plus à compenser les interruptions d’activité que les moindres progressions de carrière.

L’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF) permet aux parents sans activité professionnelle (y compris les femmes n’ayant jamais travaillé) ou percevant une faible rémunération (les parents isolés) de valider jusqu’à un maximum de trois ans pour un enfant, vingt ans pour trois enfants et plus. La majoration de durée d’assurance (MDA) accorde aux mères de famille des annuités par enfant (deux ans par enfant dans le régime général). La MDA et l’AVPF compensent les interruptions d’activité, mais pas les effets de la présence des enfants sur les salaires. De plus, le salaire porté au compte dans le cadre de l’AVPF est proportionnel au SMIC (soit environ 50 % du salaire moyen de l’ensemble de l’économie). L’enjeu de la réforme de ces dispositifs est bien de les renforcer en favorisant la participation des femmes au marché du travail et de compenser les effets des enfants sur les carrières féminines. L’orientation proposée par le Conseil d’orientation des retraites dans son dernier rapport sur les droits familiaux et conjugaux vise à inciter les femmes à participer au marché du travail, sans défavoriser celles qui réduisent leur activité, par la validation de durées plus courtes mais à un salaire plus proche de celui d’activité. Une réforme équitable devrait mieux prendre en compte la situation des mères qui prennent un emploi à temps partiel avec ou sans interruption de leur vie professionnelle, et rapprocher le salaire porté au compte de celui d’un temps plein. Une telle orientation a déjà été prise en Allemagne depuis le début des années 2000 [8] où des périodes longues de réduction d’activité suite à la reprise d’un emploi à temps partiel (Kindererziehungszeiten) sont revalorisées, pour les femmes qui ont des salaires inférieurs au salaire moyen, au niveau de ce même salaire moyen.

Odile Chagny et Paola Monperrus-Veroni, économistes à l’Observatoire français des conjonctures économiques. Texte paru sur la publication en ligne Clair & Net de l’OFCE.

Photo / © Fotolia

Notes

[1retraite versée au conjoint ou ex-conjoint d’une personne décédée.

[2EUROSTAT propose aux Instituts nationaux de poser, durant le deuxième trimestre de chaque année, une dizaine de questions additionnelles sur un thème précis - mais touchant à l’emploi et au travail -, formant un “module ad hoc”.

[3pension « personnelle » perçue en contrepartie des années d’activité professionnelle.

[4le taux de remplacement est le rapport entre le montant de la retraite (base et complémentaire) et celui du dernier traitement, rémunération ou revenu perçu.

[5différents dispositifs permettent d’accorder des droits non contributifs sans cotisations
versées par l’assuré ou son employeur, ce qui signifie que ces droits sont soit financés par les
régimes eux-mêmes, soit acquis en contrepartie de cotisations versées aux régimes de retraite
dans le cadre de mécanismes de solidarité. Ceci permet d’opérer une redistribution explicite.

[6Le recul des mariages et la montée des divorces a conduit à une rapide augmentation du pourcentage de femmes chefs de familles monoparentales (de 6,8 % en 1982 à 12,3 % en 2005 parmi les femmes d’âge compris entre 30 et 50 ans).

[7Le temps partiel concerne 30 % des femmes en emploi, contre 6 % des hommes et 80 % des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes.

[8C. Bonnet, Odile Chagny, Paola Monperrus-Veroni « Prise en compte des spécificités des carrières féminines par le système de retraites. Une comparaison France, Allemagne et Italie », Retraite et Société n°50, janvier 2007

Date de rédaction le 15 mai 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

www.jeunes.inegalites.fr prend un coup de jeune

10 juin 2014
www.jeunes.inegalites.fr fait peau neuve. Encore plus d’outils et d’informations sur les inégalités et les discriminations à l’adresse du jeune public. Mais qui peut servir de 9 à 99 ans. Par Nina Schmidt, responsable du projet Jeunes.

Stéréotypes : la face invisible des inégalités

22 avril 2014
En assignant des places toutes faites à certaines populations, les stéréotypes jouent un rôle essentiel dans la production des inégalités. Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités, analyse le fonctionnement de ces processus invisibles.

Les gagnants du prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 »

11 avril 2014
Marie, Antoine, Mansour, Rayene, sont quelques-uns des lauréats du prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 ». Ce prix remis par l’Observatoire des inégalités récompense les meilleurs films et affiches parmi 450 participants. Un regard inédit de la jeunesse sur les inégalités sociales, entre les sexes ou selon la couleur de la (...)

Prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 » : qui seront les grands gagnants ?

18 mars 2014
La deuxième étape du prix « Jeunesse pour l’égalité » est terminée : le public a voté et a retenu les finalistes qui seront départagés par notre jury. Rendez-vous le 9 avril 2014 pour connaître les grands gagnants ! En attendant, l’Observatoire des inégalités vous propose une petite sélection parmi les nombreuses créations (...)

Inégalités : les dix chantiers pour les dix prochaines années

26 novembre 2013
Depuis 10 ans, l’Observatoire des inégalités scrute le paysage des inégalités sociales. Si certaines sont tenaces, d’autres disparaissent ou émergent. Fort de ces travaux, Noam Leandri, président de l’Observatoire des inégalités, dégage dix priorités pour demain.

Niveaux de vie : la situation des personnes âgées par commune

26 novembre 2013
Mesurer les revenus des personnes âgées dans chaque commune : le comparateur des niveaux de vie, un nouvel outil proposé par le Compas, la Gazette des communes, la Gazette Santé Social et l’Observatoire des inégalités.

Dix ans d’évolution des inégalités en France : un bilan

19 novembre 2013
L’Observatoire des inégalités scrute les inégalités depuis maintenant dix ans. Où en est-on aujourd’hui en France ? Quels sont les écarts qui ont augmenté ou diminué ? Une synthèse des grandes évolutions.

L’état de la pauvreté en France

18 octobre 2013
Combien compte-t-on de pauvres en France ? Comment évolue leur nombre ? Qui est le plus concerné par la crise ? L’Observatoire des inégalités publie une note de synthèse sur la pauvreté.

Les inégalités face aux retraites

5 septembre 2013
Un cadre reçoit un montant total de pensions de retraite – cumulé tout au long de sa vie - 2,4 fois plus élevé qu’un ouvrier. Depuis 20 ans les réformes des retraites ont accru les inégalités en la matière. Les explications de Noam Leandri et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités.

Les jeunes d’outre-mer : d’énormes difficultés scolaires

16 août 2013
10 % de jeunes ont de très importantes difficultés scolaires en France. Mais les écarts sont marqués entre les territoires : 5 % des moins de 18 ans sont dans ce cas en Haute-Savoie contre 48 % en Guyane et 75 % à Mayotte. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du Centre d’observation de la (...)