La distribution inégale des patrimoines en Allemagne

12 mai 2009 - Les 10 % des Allemands les plus aisés possèdent 61,1 % des biens privés du pays, tandis que 70 % des personnes les moins aisées ne disposent que de 9 % du patrimoine.


Les inégalités de patrimoine se sont accrues entre 2002 et 2007 selon une étude du Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung (DIW, Institut allemand pour des recherches économiques) basée sur le panel socio économique (SOEP). Le décile le plus aisé de la population possède 61,1 % des biens privés, contre 57,8 % en 2002, tandis que 70 % des personnes moins aisées ne disposent que d’environ 9 %. Alors que les riches sont devenus plus riches, les moins bien lotis sont devenus plus pauvres ces dernières années en Allemagne.

Les raisons de cette évolution sont au moins en partie imputables à la réforme des droits de succession et de l’impôt sur le revenu du capital, qui favorise les plus aisés. En Allemagne, pour être allocataire du nouveau Arbeitslosengeld II (équivalent du RMI français), il faut avoir liquidé son épargne au préalable, une réforme qui est au détriment notamment des personnes âgées dans les nouveaux Länder, selon les chercheurs du DIW.

En chiffres absolus moyens, chaque citoyen disposait de 88 000 euros en 2007, contre 80 000 euros en 2002. Or, tandis que la fortune du décile le plus aisé a augmenté de 208 000 euros en 2002 à 222 000 euros en 2007, celui des catégories sociales moins favorisées est relativement stable avec 46 000 euros, contre 44 000 euros en 2002, et celle des ouvriers non qualifiés a diminué de 36 000 à 34 500 euros dans cette période. La situation s’avère particulièrement difficile en Allemagne de l’Est, où la moyenne a baissé de 34 000 à 31 000 euros dans la période étudiée, tandis que la moyenne dans les anciens Länder a connu une hausse de 91 000 à 101 000 euros. Cet écart est dû à la chute des prix de l’immobilier et au taux de chômage beaucoup plus élevé dans ces régions, dont la plupart sont économiquement faibles.

Cette augmentation des inégalités est confirmée par le coefficient Gini [1], qui a connu une hausse de 0,765 à 0,785 en Allemagne de l’Ouest et de 0,792 à 0,813 en Allemagne de l’Est.

Evolution du patrimoine individuel net en Allemagne entre 2002 et 2007
Allemagne de l'Ouest
en € / 2002
Allemagne de l'Ouest
en € / 2007
Evolution
en % / 2002/07

Allemagne de l'Est
en € / 2002
Allemagne de l'Est
en € / 2007
Evolution
en % / 2002/07

Allemagne
en € / 2002
Allemagne
en € / 2007
Evolution
en % / 2002/07
Moyenne90 724101 20811,634 02930 723-9,780 05588 03410
Médian (1)18 12820 11010,97 5706 909-8,715 00015 2881,9
10 % les plus fortunés235 620250 7146,4102 47590 505-11,7208 483222 2956,6
5 % les plus fortunés350 818382 9239,2149 618136 594-8,7318 113337 3606,1
1 % les plus fortunés807 753913 81413,4293 903252 603-14,1742 974817 18110
Coeff. de Gini0,7650,7852,60,7920,8132,70,7770,7992,8
(1) La moitié a un patrimoine supérieur, l'autre moité inférieur
Source : Gestiegene Vermögensungleichheit in Deutschland, Frick, Joachim R./Grabka, Markus M., Étude du DIW Berlin 2009.

Photo / © issumbosi - Fotolia.com

Notes

[1Le coefficient de Gini compare l’état de la répartition des revenus à une situation théorique d’égalité parfaite. Plus il est proche de zéro, plus on s’approche de l’égalité (tous les individus ont le même revenu). Plus il est proche de un, plus on est proche de l’inégalité totale (un seul individu reçoit tous les revenus).

Date de rédaction le 12 mai 2009

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

La crise accroît les inégalités de revenus en Europe

20 mai 2014
Les inégalités de revenus ont augmenté en Europe avec la crise. Mais les pays ne sont pas touchés uniformément : les écarts ont fortement augmenté en Hongrie ou en Espagne tandis qu’ils se sont réduits en Allemagne et au Portugal.

L’impact de la crise sur la pauvreté en Europe

20 mai 2014
3,7 millions de pauvres de plus en Europe depuis 2008. Les pays du Sud sont les plus touchés, tout comme la France, qui enregistre une hausse de 900 000 personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté.

La pauvreté en Europe

16 mai 2014
Le taux de pauvreté en Europe varie de 5,8 % à 16,9 % selon le seuil utilisé. A 60 % du revenu médian, le taux oscille de 10,1 % en Norvège à 23,1 % en Grèce. A 40 %, de 2,4 % aux Pays-Bas à 10,6 % en Grèce.

Les seuils de pauvreté en Europe

16 mai 2014
L’écart entre les seuils de pauvreté mensuels à 60 % du revenu médian en Europe va de 1 286 euros en Norvège à 180 euros en Roumanie. Ce seuil est de 950 euros en Allemagne contre 500 euros en Grèce, soit près de deux fois plus.

L’évolution des inégalités de revenus en Europe

20 août 2013
Les inégalités de revenus augmentent en Europe depuis les années 2000 : le coefficient de Gini, qui était de 0,290 en 2000 est passé à 0,308 en 2010. Les écarts restent marqués entre pays. Mais les données d’Eurostat restent très approximatives.

Les plus grandes fortunes d’Europe

18 juillet 2013
Les plus grandes fortunes d’Europe valent entre 16 et 40 milliards d’euros. En tête, l’Espagnol Amancio Ortega, propriétaire de Zara, suivi de la famille Kamprad à la tête de Ikéa (Suède) et le Français Bernard Arnault (LVMH).

La pauvreté selon l’origine en Europe

14 mai 2012
26,9 % des immigrés nés hors de l’Union européenne sont pauvres, contre 14,8 % des Européens qui vivent dans leur pays d’origine.

La pauvreté selon le type de ménage en Europe

14 mai 2012
36,9 % des familles monoparentales sont pauvres en Europe.

La pauvreté par âge en Europe

26 janvier 2012
21,6 % des Européens âgés de 16 à 24 ans sont pauvres, contre 16,4 % de l’ensemble de la population.

La pauvreté selon le sexe en Europe

26 janvier 2012
17,1 % des femmes européennes sont pauvres, contre 15,7 % des hommes...

FERMER