Qui sont donc les classes moyennes ?

16 juillet 2014 - Les classes moyennes occupent le débat public. Mais de qui parle-t-on exactement ? Quelques éléments pour tenter d’y voir plus clair. Par Valérie Schneider et Louis Maurin de l’Observatoire des inégalités.


Le concept de classes moyennes est vague. Les « classes moyennes supérieures » sont le plus souvent des couches aisées rebaptisées « moyennes » dans les années 2000 pour profiter des politiques de baisses d’impôts. Un grand nombre de commentateurs considèrent qu’une personne seule dont le revenu mensuel après impôts s’élève à 3 000 euros appartient au groupe moyen, alors qu’elle figure parmi les 10 % les plus favorisés.

Comme pour la pauvreté, il n’existe pas de définition objective des classes moyennes. Chacun peut placer la barre où il l’entend. Jusqu’où aller ? Parler de « moyennes », pour des catégories situées parmi les 10 % les plus aisées n’a pas grand sens. Si c’est le cas, quasiment toute la société devient moyenne, la notion même de hiérarchie des revenus disparaît sauf pour les extrêmes.

Pour clarifier le débat, l’Observatoire des inégalités reprend le découpage suivant, identique à celui utilisé par le Crédoc [1] : les 30 % les plus démunis composent les catégories « modestes ». Les 20 % les plus riches composent les catégories « aisées ». Les classes « moyennes » se situent entre les 30 % les plus démunis et les 20 % les mieux rémunérés. Elles représentent 50 % de la population.

Les limites de cette définition

Ce travail a plusieurs limites. Les bornes utilisées sont subjectives, mais c’est le cas de toute définition. Elle n’est ni plus ni moins subjective que la définition que donne l’Insee de la pauvreté, pourtant largement reprise [2]. Nous donnons les éléments les plus fins disponibles. Malheureusement, l’Insee ne diffuse pas de données sur les niveaux de vie   par tranche de 1 % ou 5 %.

Notre découpage est très rudimentaire. Nous pourrions par exemple sans doute élargir l’ensemble des catégories modestes et restreindre la partie des catégories aisées aux 15 % les plus riches. Nous n’utilisons pas ici la notion de « richesse ». Les écarts sont considérables au sein des catégories « aisées », entre le cadre moyen dont le niveau de vie   équivaut à 2 200 euros mensuels (surtout s’il vit à Paris) et les dizaines de milliers d’euros que peuvent toucher quelques cadres dirigeants. Le seuil du bas des classes moyennes est faible, on peut estimer plus juste de le placer à 35 ou 40 %, voire plus.

L’approche « statistique » - les classes moyennes des revenus sont celles qui se situent autour du revenu médian   - permet de mieux comprendre la réalité des revenus. En revanche, elle peut avoir un intérêt limité d’un point de vue sociologique, si l’on pense les classes moyennes comme une fraction intermédiaire entre une minorité de ceux qui décident et la masse de ceux qui exécutent [3]. Notre définition ne tient aucunement compte d’autres éléments comme le niveau de diplôme ou le statut de l’emploi par exemple, qui peuvent influencer la position sociale. Il ne s’agit que d’une vision « monétaire » de la hiérarchie sociale.

Cette définition utilise des données après impôts. Elle est plus proche des véritables niveaux de vie, mais s’éloigne des revenus perçus effectivement, notamment pour les plus aisés. Mais nous ne tenons pas compte du coût du logement. Le locataire d’un appartement à Paris aura, après loyer, un niveau de vie très inférieur à celui d’une ville moyenne de province. Un studio de 20 m2 par exemple coûte au minimum 500 euros mensuels à Paris, contre moitié moins dans d’autres grandes villes.

Lire aussi :

Photo/ © Dmitry Nikolaev - Fotolia.com

Notes

[1« Les classes moyennes sous pression », Régis Bigot, Consommation et modes de vie n°219 – mars 2009, Crédoc.

[2Dans un article nous avons critiqué la façon dont le nouveau seuil de pauvreté en exagère le niveau, lire Huit millions de pauvres, un chiffre exagéré.

[3Pour une critique pertinente des critères que nous utilisons voir « Classes moyennes, démocratie et changement social », Philippe Raynaud, Cahiers Français n°378, Documentation française, 1er trimestre 2014.

Date de rédaction le 4 mars 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Inégalités : c’est un système d’ensemble qu’il faut remettre en cause

6 octobre 2014
L’information sur les inégalités est abondante. Mais on oublie souvent de montrer que les inégalités, liées entre elles, forment un système global. C’est lui qu’il faut remettre en cause. Une analyse de Alain Bihr et Roland Pfefferkorn, co-directeurs du « Dictionnaire des inégalités ».

La France populaire décroche, qui s’en soucie ?

9 septembre 2014
Depuis 2008, le niveau de vie des plus démunis diminue. Une crise qui alimente les tensions sociales, mais n’inquiète pas plus que ça les couches favorisées, dont les revenus continuent à augmenter. Par Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

« Aujourd’hui, l’égalité des chances tend à s’imposer et les discriminations sont devenues la figure cardinale des injustices », entretien avec François Dubet, sociologue

9 mai 2014
L’accent mis sur l’égalité des chances et la méritocratie légitiment les inégalités scolaires. La compétition scolaire profite aux enfants des familles les plus favorisées. Entretien avec François Dubet, sociologue. Extrait de la revue Le Français aujourd’hui.

Stéréotypes : la face invisible des inégalités

22 avril 2014
En assignant des places toutes faites à certaines populations, les stéréotypes jouent un rôle essentiel dans la production des inégalités. Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités, analyse le fonctionnement de ces processus invisibles.

Les gagnants du prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 »

11 avril 2014
Marie, Antoine, Mansour, Rayene, sont quelques-uns des lauréats du prix « Jeunesse pour l’égalité 2014 ». Ce prix remis par l’Observatoire des inégalités récompense les meilleurs films et affiches parmi 450 participants. Un regard inédit de la jeunesse sur les inégalités sociales, entre les sexes ou selon la couleur de la (...)

Qui sont les privilégiés d’une France en crise ?

25 mars 2014
Des revenus à l’éducation, la dénonciation des élites est une façon de faire oublier les privilèges dont dispose une frange beaucoup plus large de la population qui vit à l’abri de la crise. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

L’orientation à la fin du collège accentue les inégalités sociales

6 février 2014
Les vœux d’orientation des familles en fin de troisième dépendent fortement de leur milieu social. 90 % des enfants de cadres supérieurs demandent une seconde générale ou technologique, contre moins de la moitié des enfants d’ouvriers non-qualifiés et d’employés de services aux particuliers.

Des couples inégaux devant la justice

21 janvier 2014
La justice familiale touche des justiciables de tous milieux sociaux. Comment l’institution fait face à la diversité des situations sociales qui lui sont soumises ? Quelles inégalités produit ou maintient cette justice de masse ? Par Sibylle Gollac et Julie Minoc, membres du Collectif Onze, auteures de l’ouvrage « Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales », paru aux éditions Odile (...)

L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ?

13 décembre 2013
Face aux inégalités sociales, l’école ne peut pas tout. Mais elle ne fait pas assez. Et certaines réformes ont même accentué les écarts. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Inégalités : les dix chantiers pour les dix prochaines années

26 novembre 2013
Depuis 10 ans, l’Observatoire des inégalités scrute le paysage des inégalités sociales. Si certaines sont tenaces, d’autres disparaissent ou émergent. Fort de ces travaux, Noam Leandri, président de l’Observatoire des inégalités, dégage dix priorités pour demain.

FERMER